1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République du Congo

13 morts à la suite d'un accrochage entre les Ninjas et les FAC

Au moins 13 personnes ont été tuées, mercredi à Mindouli, dans le sud-ouest du département du Pool en République du Congo, lors d'une fusillade entre des éléments des Forces armées congolaises (FAC) et un groupe de miliciens Ninjas, a annoncé jeudi le porte-parole du gouvernement Alain Akouala Atipault. La localité de Mindouli est située à environ 137 km de Brazzaville, la capitale.

"Ce n'est ni la reprise de la guerre dans le département du Pool, ni une attaque de train par les Ninjas. Il s'agit d'un incident," a affirmé à la presse Akouala.

La fusillade a éclaté à la suite d'une altercation entre des 'Ninjas' et les forces régulières. Un groupe de miliciens avait, en effet, tenté de charger dans les wagons transportant des produits pétroliers, des colis contenant des denrées agricoles destinées à être commercialisées dans la capitale.

Un responsable du Chemin de fer Congo-océan (CFCO) reliant Brazzaville et Pointe-Noire s'était opposé à ce chargement. Les Ninjas ont alors tiré en l'air, en endommageant une citerne.

Les éléments des FAC sont intervenus pour rétablir l'ordre, a expliqué Akouala, ajoutant que la fusillade avait fait 13 morts dont un élément des FAC, cinq civils et sept Ninjas.

"Le calme est revenu à Mindouli et le train a poursuivi son trajet vers Brazzaville," a affirmé Akouala.

Pour le porte-parole du gouvernement cet incident s'inscrit dans "une sorte de banditisme résiduel" qui persiste dans cette partie du département du Pool. Cet incident est, cependant, le plus grave survenu depuis le retour de la paix.

Le calme est, en effet, revenu dans le département du Pool, même si quelques accrochages sont encore enregistrés entre les forces gouvernementales et les miliciens Ninjas du pasteur Frédéric Bitsangou alias Ntumi. Les deux belligérants s'étaient affrontés entre mars 2002 et mars 2003 avant de signer un accord de paix le 17 mars dernier.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join