The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Un prêtre lance un appel pour sauver des enfants menacés de mort, en Ituri

Le Père Protect Dhena a lancé, la semaine dernière, un appel pour sauver une trentaine d'enfants à bas âge. En effet, des menaces d’attaques de milices ont obligé les enfants à se réfugier dans un établissement religieux à Fataki, à 80 km de Bunia en Ituri, au Nord-est de la République Démocratique du Congo (RDC), a rapporté l'agence d'information de l'Eglise catholique Misna.

"Il y a quatre jours, les milices Lendu ont pris d'assaut l'orphelinat : deux soeurs et quatre infirmières se sont enfuies avec les 31 enfants. Maintenant, elles sont barricadées au couvent des Soeurs du Carmel où il n'y a plus rien à manger. Les enfants sont très petits, le plus grand a seulement trois ans," a expliqué le Père Dhena à Misna.

La dernière attaque Lendu remonte à la nuit de samedi à dimanche, a rapporté Misna. Les miliciens auraient tenté de s'infiltrer dans le petit séminaire de Fataki où sont actuellement retranchés Protect Dhena et trois autres religieux. Ils auraient également saccagé un hôpital. Selon l'agence Misna, le groupe de malades se trouvant dans la partie attaquée n'a, depuis lors, donné aucune nouvelle.

Le village de Fataki a été le théâtre de violents affrontements qui ont coûté la vie de 80 personnes, le 20 juillet dernier. Les massacres auraient été attribués à des Lendu, selon Misna.

Habité majoritairement par des Gegere, à savoir des Hema, Fataki est aussi le village natal de Thomas Lubanga, le leader de l'Union des patriotiques congolais (UPC), composée par des Hema, a expliqué Misna.

Une force multinationale intérimaire d'urgence, commandée par la France a été déployée en Ituri en renfort de la Monuc, la mission des Nations Unies (NU) en RDC. Son mandat se limite à la sécurisation de la ville de Bunia et de son aéroport.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a cependant adopté, sous le chapitre sept de la Charte des Nations Unies, la résolution 1493, le 28 juillet dernier. Le nouveau mandat renforce les prérogatives de la Monuc, autorisant l'usage de la force pour protéger les civils et assurer la sécurité des couloirs humanitaires en Ituri et dans le Sud-Kivu. La Mission succèdera à la force intérimaire d'urgence le premier septembre.




This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join