The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

« Situation inchangée » pour les enfants soldats

L'ONG Refugees International (RI) a lancé un appel pour que les chefs des
mouvements qui recrutent des enfants soldats soient déclarés criminels de
guerre et jugés en tant que tels par le Tribunal pénal international (TPI).

Dans un rapport publié le 1er avril sur le sort tragique des enfants soldats en République démocratique du Congo (RDC), RI déclare qu'en dépit des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité de l'ONU et des protocoles internationaux interdisant le recrutement des enfants soldats, on note peu de progrès dans la lutte contre l'élimination de cette forme de maltraitance des enfants en RDC.

La résolution 1460 de janvier 2003 stipule que la conscription ou l'
enrôlement d'enfants de moins de 15 ans figurent parmi les crimes de guerre visés par le Statut de Rome du TPI. Une annexe à cette résolution cite 23 unités militaires dans cinq pays qui ont entraîné des enfants soldats, dont 10 sont en RDC.

RI a rapporté que lors d'une visite en février dernier dans les provinces
Nord-Kivu et Orientale en RDC, elle a pu constater « la présence d'enfants
armés par les différents mouvements un peu partout dans les localités de ces provinces ».

RI prie instamment le Conseil de sécurité de continuer à rechercher et à publier les noms des mouvements armés qui emploient des enfants soldats et de travailler activement pour prévoir des conséquences à l'encontre de ces groupes.

« En RDC, l'ensemble des mouvements armés emploient des enfants soldats,
recrutés soit par la force soit par la perspective d'échapper à une misère
noire, » selon RI.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join