1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

Les juges du Tribunal spécial prêtent serment

[Sierra Leone] No Children to go before the Special Court
No Children to go before the Special Court (SCSL-PressOffice)

Huit juges du Tribunal spécial pour la Sierra Leone ont prêté serment lundi dans la capitale Freetown, confirmant ainsi l'établissement de la nouvelle institution de justice pénale internationale, apprend-on dans un communiqué émanant du tribunal. Les juges devaient élire immédiatement le président du Tribunal.

"Le Tribunal est désormais pleinement constitué", a indiqué Behrooz Sadry, Représentant spécial par intérim du Secrétaire Général de l'ONU, à l'issue de la cérémomie de prestation de serment. La cérémonie, a-t-il ajouté "est un premier jalon en vue de combattre l'impunité et d'exiger des comptes pour les crimes graves commis en Sierra Leone, qui ont secoué la conscience de l'humanité".

Les juges incluent trois juges d'instance, deux nommés par l'ONU et un par le gouvernement de la Sierra Leone. Les cinq autres sont des juges d'appel, trois nommés par l'ONU et deux par le Gouvernement du pays.

Ceux qui ont prêté serment sont le juge Emmanuel O. Ayoola (Nigeria), le juge Pierre Boutet (Canada), le juge Benjamin M. Itoe (Cameroun), le juge Hassan B. Jallow (Gambie), le juge George Gelaga King et le juge Rosolu John Bankole Thompson (Sierra Leone), le juge Geoffrey Robertson (Angleterre) et le juge Renate Winter (Autriche). .

Chacun s'est engagé à servir le tribunal "honnêtement, avec bonne foi, impartialité et en toute conscience". A l'issue de la signature d'une déclaration solennelle, chacun des juges a serré la main du président Ahmad Tejan Kabbah.

Le Tribunal a été créé au terme d'un accord entre l'ONU et le Gouvernment de la Sierra Leone au début de l'année courante. Il est plus rationalisé que les tribunaux pénaux internationaux pour le Rwanda et l'ex-Yougoslavie, avec un délai de trois ans pour accomplir son mandat, souligne le communiqué.

Il a ajouté que les travaux de construction du tribunal et du centre de détention ont commencé à Freetown.

En juillet, le greffier du Tribunal, Robin Vincent, a établi des bureaux temporaires. Le procureur, David Crane et son équipe d'enquêteurs et d'avocats ont également commencé à préparer leurs dossiers.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join