1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

Une aide internationale demeure nécessaire, affirme Annan

UN Secretary-General Kofi Annan
UN Secretary-General, Kofi Annan, on Wednesday reaffirmed the UN Security Council’s commitment to help bring peace and stability in the DRC. (UN)

En ce moment décisif, la Sierra Leone a besoin de l'appui continu de la communauté internationale en vue de consolider la paix et la stabilité qui prévalent depuis la fin du long conflit et la tenue d'élections nationales en mai 2002, a affirmé le Secrétaire-Général de l'ONU Kofi Annan mercredi.

Et d'ajouter que la principale responsabilité incombe au Gouvernement sierra-léonais. « S'il n'étend pas vigoureusement l'exercice de son autorité sur l'ensemble de son territoire, en s'assurant de nouveau la maîtrise des ressources nationales du pays et en commençant à assumer la responsabilité de sa sécurité, la stabilité restera vulnérable », a-t-il souligné.

« Le peuple sierra-léonais et la communauté internationale ont beaucoup fait ensemble pour aider le pays à se redresser après un conflit long et dévastateur », a déclaré M.Annan à la Réunion du Groupe consultatif sur la Sierra Leone, qui se déroule à Paris. « Mais les nouvelles bases jetées pour la paix et le développement demeureront fragiles si l'on ne s'attaque pas aux facteurs risquant de ramener l'instabilité ».

La réduction des effectifs de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone durant les deux prochaines années donne à la Sierra Leone et à ses partenaires internationaux « un créneau » pour faire face aux questions essentielles touchant à la consolidation de la paix après le conflit et pour jeter les fondements d'un développement durable, alors que le parapluie de sécurité assuré par la MINUSIL est encore présent.

Le retrait progressif de la MINUSIL «sera soigneusement synchronisé avec les efforts de renforcement de la capacité de la Sierra Leone dans le secteur de la sécurité», a-t-il précisé dans un message délivré par Hédi Annabi, Sous Secrétaire-Général aux opérations de maintien de la paix de l'ONU.

M. Annan a salué la contribution du Royaume-Uni à la formation et à la restructuration de l'armée de la Sierra Leone, ainsi qu'à la refonte de son système pénal et judiciaire. Il a néanmoins signalé qu'«une assistance supplémentaire est à présent nécessaire pour que la force de police nationale dispose de la formation, des infrastructures, des véhicules et du matériel de communication nécessaires pour assumer la responsabilité principale en matière de sécurité interne alors que la MINUSIL est sur le départ ».

M. Annan a informé la réunion qu'environ 32 000 ex-combattants ont été intégrés dans la société sierra-léonaise, mais 24 000 autres attendent des possibilités de réinsertion. Or, « malgré des contributions généreuses, le Fonds d'affectation spéciale multidonateur pour ce processus enregistre un déficit d'environ 10 millions de dollars », a-t-il ajouté.

La Commission pour la Vérité et la Réconciliation de la Sierra connaît aussi un déficit de financement important, a noté M.Annan. Il a instamment demandé aux gouvernements de répondre à l'appel pour des ressources supplémentaires lancé par le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme.

La réunion des 13 et 14 novembre, organisée par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et par la Banque mondiale, a connu la participation des agences internationales et des gouvernements donateurs. « La Sierra Leone fait des progrès pour se remettre d'une décennie de conflit dévastateur, et le gouvernement demande un appui international accru pour l'énorme tâche de reconstruction qui l'attend et pour accélérer les efforts tendant à réduire la pauvreté répandue qui afflige plus de 80 pour cent de sa population », a indiqué le PNUD lundi.

[Pour lire le message en anglais du Secrétaire-Général, http://www.un.org/apps/sg/sgstats.asp?nid=154 ]


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join