1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

Les forces de l'Afrique australe achèvent leur retrait de la province de l'Équateur

Les forces de la Communauté pour le développement de l'Afrique australe
(SADC), alliées au Gouvernement de la République démocratique du Congo, ont
achevé leur retrait de la province de l'Équateur, dans l'ouest de la RDC, et fermé leur quartier général du nord, à Mbandaka.

La fermeture du poste de commandement de Mbandaka signifie qu'il ne reste
plus un seul soldat de l'Angola, de la Namibie ou du Zimbabwe dans la
province, a révélé à IRIN le major Alphonse Makatore, porte-parole des
forces de la SADC.

Selon un communiqué de la SADC, le retrait s'effectue conformément à
l'accord de paix de Lusaka, de 1999.

M. Makatore et le ministre délégué à la Défense de la RDC, Irung Awan, n'ont pas voulu révéler le nombre exact des soldats de la SADC en RDC durant cette guerre de quatre ans. "On trouvait à Mbandaka un nombre raisonnable de soldats alliés", a simplement déclaré M. Awan.

Selon la Mission de l'ONU en RDC (MONUC), 1 595 soldats du Zimbabwe (ZDF), 1 755 soldats ougandais (UPDF) et 1 435 soldats rwandais se sont retirés de la RDC depuis trois semaines. La Namibie a retiré toutes ses troupes. De son côté, l'Angola n'a maintenu dans le pays qu'un petit nombre, "symbolique", de soldats, a avoué M. Awan à IRIN. Des sources gouvernementales ont pour leur part informé IRIN que le Zimbabwe était en train de retirer du pays près de 3000 soldats.

Le Zimbabwe a déployé des troupes en RDC en 1998 pour soutenir le
gouvernement de feu Laurent-Désiré Kabila et, par la suite, celui de son
fils Joseph. Depuis le 2 août 1998, l'Ouganda et le Rwanda se sont engagés en faveur de l'opposition armée au Gouvernement de Kinshasa. Le Zimbabwe, l'Angola et la Namibie ont pour leur part soutenu M. Kabila.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join