1. Accueil
  2. West Africa
  3. Nigeria

500 enfants morts de la rougeole depuis le début de l'année

Map of Nigeria IRIN
Yola, in the east, is the capital of Adamawa State
Plus de 500 enfants sont décédés de la rougeole au Nigeria, entre janvier et mi-mars, a indiqué samedi dernier l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La majorité des 561 décès a été signalée dans la région nord du Nigeria où, pour des motifs religieux, les populations hésitent encore à faire vacciner leurs enfants. Selon les estimations de l’OMS, 90 pour cent des 23 575 cas de rougeole recensés l’année dernière ont été localisés dans le nord.

D’après certains experts médicaux, la rougeole reste une des principales causes de mortalité chez les jeunes enfants dans le monde. Et malgré la disponibilité d’un vaccin sûr et efficace, cette maladie a fait plus de 500 000 victimes en 2003.

Les statistiques fournies en 2005 par les autorités nigérianes ne concernent que 13 des 36 Etats. A en croire Melissa Corkum, porte-parole de l’OMS au Nigeria, ce nombre pourrait augmenter si l’on tient compte des autres états et de la vitesse de propagation de la maladie.

“Le mois de mars est la période où le risque de transmission est le plus élevé”, explique Corkum.

Selon elle, le nord du Nigeria est la région la plus touchée à cause de la «faible couverture vaccinale» et de la «faible immunité» contre la rougeole, une maladie virale extrêmement contagieuse.

La faible couverture vaccinale observée dans le nord majoritairement musulman s’est aggravée au cours des dernières années en raison de la forte opposition des religieux aux campagnes de vaccination contre la poliomyélite qui, selon eux, seraient orchestrées par les occidentaux pour stériliser les musulmans et leur transmettre le virus du VIH/SIDA.

En 2003, l’Etat de Kano a boycotté 11 mois durant toutes les campagnes de vaccination contre la poliomyélite. Ces campagnes ont repris en juillet 2004, après que les tests demandés par le gouvernement d’Olusegun Obasandjo et menés au Nigeria et à l’étranger eurent convaincu le gouverneur Ibrahim Shekarau de la sûreté des vaccins. Trois autres Etats avaient aussi interdit provisoirement les campagnes de vaccination.

“De nombreuses personnes ont hésité à faire vacciner leurs enfants et aujourd’hui nous constatons les dégâts”, a indiqué Charles Okoye, un médecin de Kano qui a soigné récemment quelques cas de rougeole.

Avec 155 décès enregistrés entre janvier et février, l’Etat de Kano est le plus touché par la rougeole.

Selon L’OMS et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), le nombre de décès dus à la rougeole dans le monde a chuté de 39 pour cent, passant de 873 000 en 1999 à 530 000 morts en 2003. En Afrique, la région la plus touchée par la rougeole, cette baisse a été de 46 pour cent pour la même période.

Pour L’OMS et l’UNICEF, l’objectif 2005 est de réduire de moitié le nombre de décès enregistrés en 1999 et de vacciner au moins 90 pour cent des enfants de moins de cinq ans. Pour les deux organisations, il s’agit aussi d’offrir une nouvelle opportunité pour faire vacciner tous les enfants âgés de neuf mois à quatorze ans.

De plus en plus d’Etats au Nigeria s’engagent à faire vacciner les enfants contre la rougeole, a indiqué l’OMS.

Kano, Kaduna, Kebbi et Jigawa, qui comptent parmi les états les plus touchés par l’épidémie de la rougeole, ont lancé une campagne de vaccination spéciale en février, a déclaré Corkum.

Auparavant, les campagnes de vaccination se déroulaient au niveau régional. En décembre prochain, le gouvernement fédéral du Nigeria envisage de lancer à l’échelle nationale sa première campagne de vaccination contre la rougeole.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join