The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

La région occidentale reste la plus fragile

La région occidentale de la Côte d'Ivoire reste la plus fragile du pays, et de nombreuses agences humanitaires ayant conduit des missions d'établissement des faits depuis la fin novembre continuent à dépeindre un sombre panorama de la stabilité dans la région.

Dans un communiqué de presse lundi, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (BCAH/OCHA) a indiqué que la région de l'ouest, incluant les localités de Man, Guiglo, Toulepleu, et Danane, était "fortement instable". OCHA a cité des informations émanant des agences partenaires et d'organisations non gouvernementales telles que Solidarities, qui a rapporté que "environ 85 000 personnes avaient fui la confrontation militaire, le viol, le pillage et les exécutions sommaires près de Guiglo et Duékoué, des villes de l'ouest "

Les conditions d’hygiène et d'hébergement, en particulier dans les villages surpeuplés, suscitent une inquiétude majeure, selon Solidarities. Médecins sans frontières-Hollande a fait état de pillage, de pénuries alimentaires et d'atteintes des droits de l'homme des étrangers. L'ONG Merlin, qui a achevé une mission à Toulepleu à la fin de la semaine, a caractérisé Toulepleu de " ville fantôme " ayant des besoins alimentaires et autres.

Une autre mission inter-agences était attendue à Abidjan mardi, après quatre jours d'évaluation dans la région de Man. Depuis l’émergence en fin novembre de deux nouveaux groupes rebelles aux environs de Man, l'ouest est devenu une zone instable, difficile d'accès pour les agences humanitaires.

La plupart des affrontements depuis novembre se sont produits le long de la frontière libérienne où des sources affirment que des mercenaires libériens ont combattu du côté des insurgés.

Dans d'autres régions contrôlées par les rebelles, les agences humanitaires sont restées actives. A Bouaké et Yamoussoukro, dans le centre du pays, le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué des secours alimentaires aux populations vulnérables, et a surveillé la situation de la sécurité alimentaire des personnes déplacées à l'intérieur et des familles d'accueil. L'UNICEF, en partenariat avec le PAM et le ministère de l'Education, prépare un programme alimentaire scolaire dans les zones contrôlées par les rebelles.

Par ailleurs, les "Jeunes Patriotes" (favorables au gouvernement), qui avaient organisé une série de manifestations à Abidjan, ont annoncé mardi qu'ils appelleraient à une autre manifestation mercredi pour demander aux Etats-Unis d'aider à résoudre la crise ivoirienne.

Depuis l'Accord de Paris signé il y a un mois, les "Jeunes Patriotes" ont cherché à obtenir une intervention des Etats-Unis, d'une part, et ont dénoncé la France, partenaire traditionnel de la Côte d'Ivoire, d'autre part.

Le président Laurent Gbagbo devait rencontrer mardi les partis politiques ivoiriens et le Représentant spécial de l'ONU en Côte d'Ivoire, Albert Tévoedjre.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join