1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Niasse envisage un gouvernement de transition d'ici fin mars, début avril

Moustapha Niasse, l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU Kofi Annan pour le processus de paix en République démocratique du Congo (RDC), a déclaré qu'un gouvernement national de transition pourrait être mis en place entre la fin mars et début avril.

"S'il plaît à Dieu, et si nous ne rencontrons aucun nouvel obstacle, je crois que d'ici fin mars, début avril, un gouvernement d'unité nationale présidé par le chef d'Etat Joseph Kabila sera mis en place ici, à Kinshasa, en vertu de l'accord global et inclusif signé par tous les participants du dialogue intercongolais le 17 décembre 2002 à Pretoria, en Afrique du Sud," a indiqué jeudi à IRIN M. Niasse.

M. Niasse est arrivé mardi dans la capitale congolaise Kinshasa, chargé d'une nouvelle mission lui ayant été assignée en janvier par M. Annan. "J'ai rempli ma première mission le 17 décembre 2002 lorsqu'un accord global et inclusif a été signé par toutes les parties ayant participé au dialogue intercongolais," a-t-il dit.

"Ma nouvelle mission consiste tout d'abord à aider tous les signataires de l'accord de Pretoria à créer un environnement propice et à employer les mécanismes et les mesures susceptibles de nous permettre de mettre en oeuvre cet accord, et deuxièmement, à réunir les comités techniques chargés de résoudre les questions d'une armée nationale restructurée et intégrée, de la sécurité des responsables des nouvelles institutions du gouvernement de transition, à Kinshasa et dans les provinces, et de l'élaboration d'une constitution transitoire par un comité basé à Pretoria," a expliqué M. Niasse.

Il a discuté de son plan et de son calendrier avec M. Kabila lors d'une réunion organisée mercredi. Jeudi, M. Niasse s'est rendu en avion dans la ville de Gbadolite, au nord-ouest du pays, le quartier général de Jean-Pierre Bemba, chef de file de la rébellion soutenue par l'Ouganda, le Mouvement de libération du Congo (MLC).

Vendredi, M. Niasse doit se rendre dans la ville orientale de Goma pour s'entretenir avec les responsables du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD-Goma), soutenu par le Rwanda, avant de regagner Kinshasa où il rencontrera samedi et dimanche des représentants de l'opposition politique non armée, de la société civile, des milices Mayi-Mayi, et du RCD-Kisangani/Mouvement de libération, un groupe rebelle basé à Béni, au nord-est de la RDC, qui s'est allié avec le gouvernement de Kinshasa depuis la mi-2002.

M. Niasse a dit qu'il proposerait que les comités techniques se réunissent entre le 20 et le 27 février afin de respecter le calendrier. "Avec la coopération de mes co-médiateurs en Afrique du Sud, nous aiderons les comités à terminer leur tâche d'ici le 27 février au plus tard, date à laquelle nous devrions avoir un rapport sur les modalités pratiques de la mise en oeuvre de l'accord de Pretoria," a-t-il précisé. Il a ajouté que le facilitateur du dialogue intercongolais, Ketumile Masire, serait ainsi en mesure d'organiser une dernière réunion conviant toutes les parties. Cependant, le lieu de tenue de cette réunion reste indéterminé.

M. Niasse a confié à IRIN qu'il était heureux d'avoir réussi à relancer le dialogue entre les parties au dialogue intercongolais après l'échec de l'accord incomplet conclu en avril 2002. Il s'est également déclaré satisfait d'avoir aidé à bâtir un pont entre les gouvernements de la RDC et du Rwanda voisin, et d'avoir mené à bien la première mission que lui avait confiée M. Annan en aidant les parties à signer l'accord de Pretoria.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join