1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Des maladies menacent les enfants déplacés

L’absence de soins médicaux pourrait aboutir à un risque d’épidémie parmi plus de 300 enfants déplacés à San Pedro, selon Emmanuel Aba, le président de la Croix-Rouge de cette ville portuaire du sud-ouest de la Côte d’Ivoire.

Les responsables de la Croix-Rouge, trois médecins et une infirmière de l’Institut National d'Hygiène, dépêchés dans la ville, craignent une flambée de fièvre typhoïde, de méningite et de choléra chez les enfants.

M.Aba a déclaré à IRIN par téléphone depuis San Pedro, à 368 km au sud-ouest d’Abidjan, que le risque d’épidémie était réel car il n’y avait pas assez de vaccins pour les 319 enfants, âgés de deux mois à neuf ans. Cette situation a conduit les autorités administratives et médicales locales à administrer des vaccins avec le stock minimum à leur disposition, a expliqué la Croix-Rouge.

la Croix-Rouge a enregistré jusqu’à présent 1089 personnes déplacées, dont 286 qui ont été hébergées dans des familles d’accueil. Des sources humanitaires ont indiqué que le centre culturel de la ville n’était pas approprié pour abriter tous les déplacés.

La Croix-Rouge a également informé qu’elle manquait de matériel médical de base et de véhicules pour transporter les enfants déplacés, cependant plusieurs individus et groupes privés lui ont fourni des véhicules et environ 500 000 francs CFA pour nourrir les enfants.

Des déplacés ont signalé la mort de beaucoup d’enfants et de nombreuses personnes, notamment trois femmes enceintes et trois nourrissons, ont souffert de graves blessures lorsqu’ils tentaient de fuir les affrontements entre les rebelles et les forces loyalistes. Quatre hommes ont été évacués vers un hôpital à Abidjan, ont-ils précisé.

A l’occasion d’un point de presse jeudi, le Programme alimentaire mondial (PAM), qui a lancé un appel de fonds en novembre pour un montant de 6,6 millions de dollars, a déclaré qu’il avait assez de nourriture pour assister les personnes affectées par le conflit jusqu’au mois de mars au moins.

D’après le Coordinateur du PAM pour les secours d’urgence, Gemmo Lodesani, la crise ivoirienne constituait une « situation explosive » à cause de ses conséquences pour la région toute entière. Elle a déjà fortement affectée la Côte d'Ivoire et ses voisins, et il faudrait que la communauté internationale agisse rapidement pour empêcher une détérioration de la situation, et pour éviter une catastrophe humanitaire semblable à celle qui a frappé le Liberia et la Sierra Leone durant leurs guerres respectives, a souligné M. Lodesani.

Le PAM a ouvert des bureaux dans la capitale administrative de Yamoussoukro, à Bouaké et Korhogo, deux villes tenues par les rebelles situées au centre et au nord. Il envisage d’ouvrir un autre bureau dans l’ouest de la Côte d'Ivoire.

Pour l’heure, le PAM a reçu 30 pour cent des ressources.

L’agence projette d’assister à court terme environ 123 000 personnes en distribuant, en janvier et février, des rations alimentaires d’urgence dans le nord, le centre et l’ouest de la Côte d'Ivoire.

Par ailleurs, les deux mouvements rebelles qui opèrent dans l’ouest ivoirien, le Mouvement pour la Justice et la Paix (MJP) et le Mouvement Populaire Ivoirien du Grand Ouest (MPIGO), ont accepté un accord de cessation des hostilités avec les troupes françaises stationnées dans la région.

L’accord verbal a été conclu au cours d’une réunion entre les deux groupes et l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Gildas le Lidec, qui les a également invités à une table ronde des principaux acteurs politiques et militaires ivoiriens, prévue le 15 janvier à Paris.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join