1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

L'ONU ouvre une enquête sur des accusations de cannibalisme

La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (appelée la MONUC) a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête sur des accusations de cannibalisme et autres violations des droits de l'homme perpétrées par des rebelles près de la ville de Beni, dans la province du Nord Kivu, au nord-est du pays.

"Une équipe de la MONUC a commencé des investigations [dans cette zone] où 80 000 à 120 000 personnes ont été déplacées", a déclaré aux journalistes la responsable de l'information de la MONUC, Patricia Tome, dans la capitale Kinshasa.

L'évêque de Beni-Butembo, Mgr Melchisédec Sikuli Paluku, ainsi que des militants des droits de l'homme, ont accusé le Mouvement pour la libération du Congo (MLC) dirigé par Jean-Pierre Bemba, et son allié, le Rassemblement congolais pour la démocratie - National (RCD-N), d'avoir pratiqué le cannibalisme.

"Des personnes déplacées [à l'intérieur du pays] ont rapporté que [les rebelles] avaient mangé des pygmées et obligé des prisonniers à manger leurs propres oreilles, gros orteils et d'autres parties du corps", a soutenu Mgr Sikuli.

Les enquêteurs ont déjà questionné 200 personnes déplacées. Mme Tome a
précisé que la plupart des personnes interrogées étaient soit des victimes
de viols, des habitants dont les biens ont été pillés et leurs animaux
massacrés, ou des témoins d'exécutions sommaires et extrajudiciaires.
Toutefois, dit-elle, les enquêteurs n'ont pas encore découvert
d'"informations précises" prouvant la pratique du cannibalisme. Les
résultats de l'enquête seront communiqués au Conseil de sécurité de l'ONU.

"Mbusa Nyamwisi [le chef du RCD - Kisangani - Mouvement de libération,
RCD-K-ML] a promis de pourchasser les responsables de ces violations, et
Jean-Pierre Bemba a (aussi) promis de punir les responsables", a confirmé
Mme Tome.

Le MLC et le RCD-N ont repris les combats contre le RCD-K-ML dès le
lendemain de la signature d'un accord de cessez-le-feu parrainé par l'ONU,
le 30 décembre dans la ville de Gbadolite, au nord-ouest du pays. La
recrudescence des combats a incité près de 130 000 personnes à prendre la fuite.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join