1. Accueil
  2. Asie
  3. Afghanistan

Lancement d’une politique de prise en charge des enfants vulnérables

The extreme youth of some victims of sexual violence did not protect them from attack.
The extreme youth of some victims of sexual violence did not protect them from attack (IRIN)

La Namibie vient de lancer une politique nationale pour la prise en charge de 15 000 orphelins et enfants vulnérables ou OEV grâce à l’appui du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).

Lors de l’ouverture, mercredi, de la troisième conférence sur les OEV dans la capitale namibienne, le président Sam Nujoma a annoncé la création d’une fondation censée permettre aux acteurs de la lutte contre le sida d’agir ensemble afin de réduire la vulnérabilité des OEV et l’impact du VIH/SIDA sur les communautés.

"Le taux de nouveaux cas d’infection parmi les jeunes de 10 à 24 ans est de 60 pour cent. C’est alarmant. C’est un appel à l’action qui nous concerne tous afin de lutter contre la propagation du sida", a declaré Nujoma.

"Jusqu'à présent, la Namibie n’a pas mis sur pied de cadre national d’actions pour la prise en charge des OEV. Cette politique permettra d’harmoniser les actions du gouvernement, des ONG, des groupements religieux et communautaires", a commenté la ministre de la Femme et de l’Enfance, Netumbo Nandi-Ndaitwah, qui a ajouté que son ministère a récemment établi une base de données sur les OEV.

La nouvelle politique met l’accent sur la nécessité de s’appuyer sur les communautés et les familles élargies pour l’éducation des enfants orphelins.

"La famille est le meilleur environnement pour les enfants. Si les parents sont morts, alors c’est la famille élargie et les tuteurs [qui doivent les prendre en charge]. Notre politique n’est pas d’encourager le placement des enfants dans des institutions", a dit Nandi-Ndaitwah.

Avec un taux de prévalence de 23 pour cent parmi la population âgée de 15 à 49 ans, la Namibie est l’un des cinq pays du monde les plus touchés par le VIH/SIDA. Selon les statistiques officielles, 251 055 enfants seront orphelins en 2021.

Cette politique visant les OEV a été élaboré en tenant compte de la convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant, qui exige des Etats membres l’élaboration de programmes nationaux d’action pour les enfants.

Elle stipule que les orphelins et autres enfants vulnérables ne doivent faire l’objet de discrimination et être pris en charge par "des personnes adultes au sein des familles, dans des réseaux de famille élargies, dans des familles d’accueil ou d’adoption".

Elle affirme que les enfants vulnérables ont droit à l’éducation primaire et secondaire même s’ils ne sont pas en mesure de s’acquitter de leurs frais de scolarité.

Les communautés recevront une aide pour couvrir les frais scolaires et sanitaires des OEV, "y compris une assistance agricole pour accroître la production alimentaire".

Le gouvernement prévoit la mise en place de structures communautaires pour le développement de la petite enfance, l’enregistrement des naissances et des décès au niveau local.

La Namibie a mis sur pied un comité permanent pour les OEV, ainsi qu’un fonds pour augmenter les subventions mensuelles déstinées à 25 000 de ces orphelins.

En Namibie, l’espérance de vie a chuté de 60 ans en 1990 à 43 ans en 1991, en grande partie à cause de la pandémie de VIH. Le dernier recensement national mené en 2001 a révélé l’existence de 156 161 orphelins de moins de 16 ans.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join