1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Afrique du Sud

Nouveau film d’IRIN : Terre de poussière

For LAND OF DUST film only
(IRIN)

Deux ans après la fin de l’apartheid, « il n’y a rien à célébrer », a dit Shawn Yanta. « Seuls les riches ont quelque chose à fêter. La classe ouvrière fait toujours des pieds et des mains pour continuer de vivre. »

M. Yanta habite le bidonville de Stofland, dans la vallée de la Hex, dans la province sud-africaine du Cap-Ouest. L’instauration de la démocratie, en 1994, a donné un coup de fouet à l’industrie du raisin de table de la région en mettant un terme au boycottage international des produits sud-africains.

Les raisins de table cultivés dans la province du Cap-Ouest représentent plus de 80 pour cent de la production totale sud-africaine. Les vallées de la Hex et du Berg sont les principales zones de production du pays. Le raisin de table est l’un des fruits les plus vendus au monde et les conditions climatiques qui prévalent dans ces vallées permettent d’étaler la saison sur huit mois, ce qui est inhabituellement long pour ce type de culture.

L’augmentation des revenus tirés de la vente des raisins ne s’est cependant pas traduite par une amélioration des conditions de vie des cueilleurs. Ceux-ci continuent en effet de vivre dans la pauvreté et sont toujours négligés par le gouvernement et les services sociaux.

Le plus récent film d’IRIN, Land of Dust [Terre de poussière], s’intéresse aux conditions des travailleurs agricoles de la vallée de la Hex, qui se voient récompensés par de longues heures de travail, de faibles salaires et un accès difficile à la santé et à l’éducation. Leurs conditions de vie ont en effet très peu changé depuis la fin de l’apartheid.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join