1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Soudan du Sud

« On n'était en sécurité nulle part » : témoignages de la ligne de front sud-soudanaise

Leer county Unity State has been one of the regions in South Sudan hardest hit since conflict in South Sudan broke out again in December 2013.
Leer county Unity State has been one of the regions in South Sudan hardest hit since conflict in South Sudan broke out again in December 2013. (Jason Patinkin/IRIN)

Le comté de Leer, dans l’État d’Unity, est l’une des régions du pays les plus affectées par le conflit qui a éclaté de nouveau au Soudan du Sud en décembre 2013. Il s’agit de la terre natale du leader rebelle Riek Machar, un ancien vice-président, et de ses compatriotes du clan Dok, qui fait partie du groupe ethnique des Nuer.

Début 2014, les troupes gouvernementales et leurs alliés, notamment le Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM, selon le sigle anglais), un groupe rebelle de la région soudanaise du Darfour, ont envahi la région. Depuis le mois de mai, Leer est la cible d’une vaste offensive menée par les forces du gouvernement contre les insurgés de M. Machar. Pour cette offensive, les soldats dépendent de l’aide des milices loyalistes Nuer, et en particulier des membres des clans Bul et Jaggey, qui viennent respectivement des comtés de Mayom et de Koch.

Les affrontements se sont poursuivis à Leer après que M. Machar et le président Salva Kiir, un Dinka, eurent signé séparément un accord de paix en août.

Toutes les parties au conflit ont commis de nombreux abus contre les civils. Des rapports publiés récemment par les Nations Unies et Human Rights Watch (HRW) documentent les meurtres et les viols commis cette année par les forces du gouvernement.

De nombreux civils de Leer ont fui vers de petites îles des marécages – les « tuochs », comme on les appelle là-bas – pour échapper aux violences. Quelque 20 000 personnes ont quitté le comté et se sont réfugiées à Nyal, une ville située plus au sud où règne le calme. Là, les travailleurs humanitaires peuvent fournir une aide aux déplacés en toute sécurité. Voici quelques témoignages de survivants recueillis à Nyal.

Voir le photoreportage complet

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join