1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Malawi

Les aliments de base sont la clé pour combattre la pauvreté en Afrique - rapport

A grain store in Hantsi village, Machache, has lots of leftover maize inputs this year as many farmers in the area decided the weather was too erratic to risk planting
A grain store in Hantsi village, Machache, Lesotho (Feb 2012) (Eva-Lotta Jansson/IRIN)

Selon une étude de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), l’Afrique pourrait réduire son niveau de pauvreté plus rapidement en privilégiant la production d’aliments de base plutôt que les cultures d’exportation.

Les auteurs de l’étude réalisée dans 10 pays au sud du Sahara ont indiqué : « L’une des conclusions importantes du rapport est qu’une plus grande production de cultures de base, telles que le maïs, les légumes secs, les racines, ainsi que davantage de produits d’élevage, tend à réduire plus efficacement la pauvreté que la production supplémentaire de cultures d’exportation comme le café ou les fleurs coupées ».

Selon l’étude, si davantage de ressources publiques sont nécessaires pour générer plus de croissance agricole, « un tel investissement public dans le secteur des aliments de base est assurément rentable ».

Les auteurs ont affirmé que la croissance dans le secteur des aliments de base pouvait être plus bénéfique pour les pauvres que la croissance dans le secteur des exportations agricoles.

Enoch Mwani, un économiste agricole de l’université de Nairobi, partage cette théorie. « Le secteur des exportations agricoles est généralement associé à de grandes sociétés, mais les pauvres dépendent essentiellement des aliments de base pour survivre ».

M. Mwani a ajouté que la croissance de la production des aliments de base n’avait pas seulement pour conséquence de réduire la pauvreté, mais permettait également d’assurer la sécurité alimentaire.

« [Les gouvernements qui] investissent dans les aliments de base ont la possibilité d’augmenter la disponibilité alimentaire et, dans le même temps, de créer de la richesse pour les petits exploitants », a déclaré à IRIN M. Mwani.

Pour encourager le développement en Afrique subsaharienne, les conclusions de l’étude font ressortir la nécessité de se concentrer sur : l’accélération de la croissance agricole, la promotion de la croissance dans les grandes filières agricoles, le soutien de la croissance dans plusieurs filières agricoles, et la promotion de la croissance dans les filières étroitement liées à l’économie d’ensemble et ayant un impact direct sur les pauvres.

ko/rz-fc/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join