The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Éthiopie

Le retour de La Niña

Families queue for food in Badbado IDP camp, Mogadishu
Families queue for food in Badbado IDP camp, Mogadishu (Jan 2012) (Kate Holt/IRIN)

Les conditions climatiques liées à la sécheresse de 2011 dans la Corne de l’Afrique ont persisté et selon certains experts en alerte précoce, la communauté humanitaire devrait se préparer à faire face à une répétition de la crise alimentaire de l’an dernier.

Cependant, dans ses prévisions, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) indique qu’elle s’attend à ce que l’impact de La Niña diminue de mars à mai 2012, ce qui correspond à la principale saison des précipitations pour les zones pastorales et agricoles du Kenya du nord, du sud de l’Ethiopie et de la majeure partie de la Somalie ; cette saison représente entre 50 et 60 pour cent des précipitations annuelles de ces régions.

« C’est la position officielle, mais les dernières modélisations suggèrent que les conditions [de La Niña] semblent être assez semblables à celles de 2011, » a indiqué un responsable de l’alerte précoce. « Ce qu’il faut comprendre ici, c’est qu’il faut être prêt à réagir avant qu’il ne soit trop tard. »

Un épisode de La Niña a lieu quand la surface de l’Océan Pacifique centre et est, la plus grande mer du monde, se refroidit ; La Niña a une influence sur le climat des autres régions du monde.

Selon le Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET), des analyses récentes ont également établi une relation entre la température de surface de l’océan et les précipitations dans le Pacifique Ouest, et les précipitations en Afrique de l’Est.

« Le Pacifique Ouest présente actuellement des conditions de température de surface et de pluviométrie similaires à celles qui prévalaient durant les années de sécheresse de 1984, 2000, 2004, 2007, 2008, 2009 et 2011. Cette observation suggère que si ces conditions persistent, le Kenya oriental, le sud de la Somalie et le sud-est de l’Ethiopie risquent de connaître un épisode de sécheresse, » a indiqué FEWS NET dans son dernier rapport.

Mais selon Kumar Kolli, directeur du Programme mondial des applications et des services climatologiques à l’OMM, La Niña actuelle est « relativement moins intense » que celle qui a été enregistrée en 2011.

Il a fait remarquer que les prévisions de l’OMM constituaient une perspective globale et que divers facteurs locaux entraient en jeu quand on considère l’impact de l’événement climatique à l’échelle régionale. « Ainsi les conditions [température et pluviométrie] prévalant dans l’Océan Indien auraient une influence sur la pluviométrie de la Corne de l’Afrique. »

Le Forum sur l’évolution probable du climat dans la Corne de l’Afrique, qui surveille ce type de conditions locales, se tiendra du 27 au 29 février au Rwanda et devrait, selon M. Kolli et FEWS NET, apporter plus de précision dans les prévisions.

jk/oa-og/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join