The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. Iraq

Des jeunes croupissent des mois dans les prisons américaines d’Irak - HRW

Le feu passe au rouge à une intersection centrale de Bagdad, et tandis que les voitures s’arrêtent, Haider Jassim Mohammed émerge, ses boîtes de mouchoirs à la main, pour inviter les conducteurs à lui en acheter. Quelques secondes plus tard, une bombe ciblée contre un convoi de l’armée américaine explose au bord de la route à deux pas de là, et Mohammed est arrêté.

« J’ai été appréhendé avec sept autres personnes par des soldats américains car on me soupçonnait d’avoir fomenté l’attentat avec des insurgés, et j’ai passé près de six mois dans deux prisons de Bagdad et Bassora », a raconté à IRIN Mohammed, 13 ans, à Bagdad.

Le jeune garçon a été accusé d’avoir collaboré avec des insurgés en les informant du passage du convoi qui fut la cible de l’attentat de 2006, une accusation dont le bien-fondé n’a pu être prouvé par l’armée américaine, qui a dû le relâcher.

Le 26 mai 2008, l’armée irakienne a déclaré avoir trouvé six jeunes, âgés de 14 à 18 ans, dans la cave d’une maison abandonnée à Mossoul, une ville du nord du pays, après qu’un militant saoudien, qui les formait aux attentats-suicides, eut été tué au cours d’une opération militaire. Mossoul se trouve à environ 600 kilomètres au nord de Bagdad.

Selon un officier militaire, qui a souhaité conserver l’anonymat, ces six jeunes ont été contraints de suivre cet entraînement par le militant saoudien, qui aurait menacé de violer leurs mères et leurs sœurs, de détruire leurs maisons et de tuer leurs frères et sœurs s’ils ne suivaient pas ses ordres.

Depuis le mois de mars 2003, l’armée américaine a placé 2 400 enfants irakiens en détention, dont certains à peine âgés de 10 ans, selon l’association Human Rights Watch, basée aux Etats-Unis.

Dans sa déclaration du 21 mai, HRW a indiqué que le nombre d’enfants détenus avait considérablement augmenté en 2007 pour passer à 100 nouveaux cas par mois, en moyenne, contre 25 par mois en 2006.

Le 12 mai de cette année, 513 enfants irakiens, qui représenteraient une « menace impérative à la sécurité », étaient détenus par les autorités militaires américaines, a déclaré HRW.

Ces enfants, incarcérés dans les principaux centres de détention sous autorité américaine, Camp Cropper, à Bagdad, et Camp Bucca, à Bassora, ne se voient pas désigner d’avocat, n’assistent pas aux contrôles des motifs de détention tenus une fois par semaine ou par mois et n’ont que des contacts extrêmement limités avec leurs familles, selon les associations de défense des droits humains.


Photo: Zaineb Ahmed/IRIN
Les orphelins à Bagdad sont particulièrement vulnérables aux bandes criminelles

« Les forces américaines en Irak devraient assurer que les enfants [placés] en détention soient traités conformément à leur statut d’enfants, se voient accorder un examen judiciaire dans les plus brefs délais et puissent rencontrer des observateurs indépendants », a recommandé HRW.

En détention, Mohammed était bien traité par les Américains d’un point de vue alimentaire, a-t-il dit, « mais de temps en temps, les autres garçons me harcelaient et les Américains ne pouvaient rien y faire ».

« Ils me prenaient ma couverture ou me forçaient à dormir par terre », a-t-il ajouté. « Je n’ai pu voir ma mère qu’une seule fois pendant ma période de détention, au cours de laquelle personne ne m’a interrogé sur l’incident ».

Réinsertion

Selon Samira el Mousawi, qui dirige le comité parlementaire sur les femmes et les enfants, les détenus juvéniles doivent suivre une formation éducative spécialisée et recevoir un traitement social pour être réinsérés.

« Ils sont bien traités en termes de nourriture et d’hébergement », a expliqué Mme el Mousawi à IRIN. « Mais ces centres de détention sous autorité américaine n’ont pas de programmes appropriés pour ces enfants, contrairement aux centres irakiens ».

Clarisa Bencomo, chercheuse à HRW dans le domaine de l’enfance au Moyen-Orient, a accusé l’armée américaine de ne pas faire ce qu’elle-même demande dans le cadre d’autres conflits armés.

« Pour les conflits dans lesquels ils n’étaient pas directement impliqués, les Etats-Unis ont été un leader de la réinsertion des enfants-soldats au sein de la société », selon les propos de Mme Bencomo, repris dans un communiqué de HRW. « Malheureusement, ce type de leadership fait défaut en Irak ».

« La grande majorité des enfants détenus en Irak croupissent pendant des mois en détention [dans les centres de] l’armée américaine », a déploré Mme Bencomo. « Les Etats-Unis devraient veiller à ce que ces enfants reçoivent immédiatement le conseil d’un avocat et à ce que leur mise en détention soit soumise à un contrôle judiciaire indépendant ».

L’armée américaine n’a pas répondu à la demande d’IRIN, qui souhaitait obtenir ses commentaires sur la question.

sm/at/mw/nh/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join