1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Somalie

L'Union Africaine prépare le déploiement de sa mission de maintien de la paix

– Les projets de déploiement d’une force de maintien de la paix en Somalie sont très avancés, l’Union Africaine ayant prévu d’y déployer dans un premier temps trois bataillons opérationnels ougandais et nigérians, ont déclaré de hauts responsables de l’organisation panafricaine

« Notre préoccupation est le déploiement des trois premiers bataillons », a déclaré lundi Said Djinnit, commissaire de l’UA pour la Paix et la Sécurité.

« Si nous commençons le déploiement des troupes, et si, comme nous l’espérons, cela crée une dynamique positive sur le terrain, je pense que trouver des troupes supplémentaires ne constituera plus un problème majeur », a confié à la presse M. Djinnit avant les réunions d’Addis Abeba, le siège de l’organisation panafricaine, prévues pour la mise en place de la phase opérationnelle de la mission de maintien de la paix de l’UA, en Somalie (AMISOM).

« Le financement et la logistique restent notre plus grande préoccupation », a-t-il ajouté.

L’Ouganda a déjà nommé le commandant de cette force et envoyé une mission de reconnaissance en Somalie. En outre, l’éventualité du déploiement des troupes ougandaises est actuellement examinée par le parlement.

Les réunions de l’UA doivent se terminer mercredi. « Un groupe comprenant l’UA, l’IGAD [Autorité Intergouvernementale sur le Développement], les Nations-Unies, les gouvernements de Somalie et d’Ethiopie ainsi que les pays africains contributeurs de troupes, étudie actuellement les modalités du déploiement de la force africaine », a ajouté Djinnit.

« Ce groupe va préparer des documents sur les règles d’engagement, les équipements, les plans de mission et d’autres aspects liés au déploiement », a-t-il poursuivi.

Il y a eu une autre réunion à laquelle ont pris part tous les états membres désireux d’apporter un soutien logistique et financier à la mission.

« Nous sommes maintenant en plein travail et dans la phase de préparation active du déploiement. Le sentiment général est que les choses avancent rapidement grâce au soutien de la communauté internationale », a expliqué Djinnit.

Cinq pays ont déjà accepté d’envoyer des troupes : l’Ouganda, le Nigeria, le Ghana, le Malawi et le Burundi. Cependant, les effectifs que ces pays comptent fournir ne représentent que la moitié des 8 000 soldats sollicités dans les résolutions du Conseil de paix et de sécurité de l’UA.

L’UA a donc fait appel à aux autres pays pour qu’ils contribuent à la force de paix ou apportent leur soutien financier. Jusque-là, l’Algérie et les Etats-Unis ont accepté de fournir une aide logistique pour le transport des troupes. La Grande-Bretagne a offert 8 millions de dollars américains, tandis que l’Union Européenne a promis de débloquer 15 millions d’euros (19,5 millions de dollars).

Les Etats-Unis contribuent déjà au financement de l’AMISOM à hauteur de 14 millions de dollars. « L’engagement de l’UA est clair et les progrès sont notoires », a confié à la presse Cindy Courville, l’ambassadrice des Etats-Unis auprès de l’UA.

La situation sécuritaire en Somalie se dégrade. Plusieurs attaques ont été rapportées ces derniers jours, en particulier à Mogadiscio, la capitale. La semaine dernière, des centaines de manifestants ont menacé de mener des actions de guérilla contre les troupes étrangères déployées en Somalie.

Les forces de maintien de la paix viennent soutenir le fragile gouvernement de transition qui a pris le contrôle de Mogadiscio après que ses troupes, appuyées par l’Ethiopie, aient défait en décembre dernier les miliciens de l’Union des tribunaux islamiques.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join