1. Accueil
  2. East Africa
  3. Burundi

L'UNIFEM a déclaré que les réfugiées affrontent "trois conflits"

Une mission pour évaluer les besoins en formation et les effets de la guerre civile au Burundi sur les vies des réfugiées vivant dans les camps à l'est de la Tanzanie, a relevé que la guerre a eu un effet significatif et déstabilisant sur les rôles des deux sexes et les relations entre les femmes et les hommes du pays. Les réfugiés étaient de fait sous le "contrôle complet" d'événements divers et des agences d'aide humanitaire, a noté l'agence dans son rapport préliminaire. "Les femmes dans les camps sont confrontées à trois conflits. Le conflit et la guerre du Burundi qui en ont fait des réfugiées, les conflits à l'intérieur du camp et le conflit avec la communauté d'accueil pour l'utilisation des maigres ressources naturelles", a affirmé l'équipe. Leur existence est caractérisée par la peur et le traumatisme, avec un grand nombre de cas d' hypertension et de fausses couches que les soignants médicaux ont attribué à la nature du conflit. Le viol, le harcèlement sexuel, la prostitution, la promiscuité et la violence interne sont d'autres vices fréquents dans les camps.

Bien que les hommes soient décrits comme paresseux, oisifs, ivrognes, abusifs, criminels, et polygames, l'équipe d'évaluation a constaté que la guerre avait un effet socio-psychologique sur les deux sexes. Elle a eu des effets émotionnels et a conduit à un changement dans les relations entre les sexes où les hommes en particulier, ont senti que "les femmes n'ont plus besoin de nous". La guerre a interféré dans les systèmes de connaissances autochtones par lequel les hommes ont à résoudre leurs problèmes par eux-mêmes d'une manière différente de la méthode traditionnelle. Les domaines de besoins critiques identifiés sont le carburant, les vivres, la sécurité en relation à la violence des sexes, l'éducation et la formation, la pauvreté, la paix, et le règlement des disputes. L'évaluation s'inscrit dans le cadre des efforts de l'UNIFEM visant à l'intégration de la sensibilisation à la différence des sexes.

Partager cet article

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join