Been enjoying our Fixing Aid podcast? We'd love to hear from you!

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Bangladesh

Quelques éléments clés sur le riz

Around three billion people eat rice every day, and more than 60 percent of the world's one billion poorest and undernourished people who live in Asia depend on rice as their staple food
(David Swanson/IRIN)

Les pays producteurs de riz, des cultivateurs et des scientifiques venant du monde entier sont réunis au Vietnam depuis le 8 novembre pour le troisième Congrès international du riz.



Le congrès, qui se tient tous les quatre ans, est la plus grande réunion mondiale de l’industrie du riz, qui nourrit plus de la moitié de la planète.



« Le riz reste de la plus haute importance pour les pays en développement, surtout en Asie, mais de plus en plus en Amérique latine et en Afrique, où le riz est un aliment de base en forte croissance », a dit Robert Ziegler, directeur général de l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI), à IRIN.



La conférence de cinq jours, accueillie par le gouvernement vietnamien et organisée par l’IRRI dans la capitale Hanoï, recevra 1 200 participants venant de plus de 66 pays.



Selon les experts, le congrès arrive à un moment-clé, alors que les terres agricoles sont en diminution, que les effets du changement climatique se font ressentir, et que la consommation mondiale de riz est en augmentation.



Sous le thème, ‘Du riz pour les générations futures’, le congrès se focalisera sur la façon dont la science et la technologie pourraient davantage aider les producteurs à cultiver le riz d’une manière plus efficace.



Eléments clés :



• Le riz est l’aliment de base de plus de la moitié de la population mondiale, dont 640 millions de personnes sous-alimentées vivant en Asie.



• Pour chaque milliard de nouveaux habitants dans le monde, 100 millions de tonnes de riz supplémentaires doivent être produites chaque année.



• Le riz s’adapte exclusivement aux environnements humides dans lesquels d’autres cultures ne survivraient pas; d’où son immense popularité à travers l’Asie.



• La demande prévue pour le riz va excéder les réserves à court ou moyen terme, à moins que quelque chose ne soit fait pour inverser les tendances actuelles.



• La consommation de riz dépasse 100 kilos par personne et par an dans de nombreux pays en Asie.



• Un cinquième de la population mondiale, plus d’un milliard de personnes, dépend de la culture du riz comme moyen de subsistance.



• L’Asie, où 90 pour cent de l’ensemble du riz est cultivé, compte plus de 200 millions d’exploitations cultivant du riz, dont la plupart sont inférieures à un hectare.



• Le riz est l’aliment de base enregistrant la plus forte progression en Afrique, et l’un des aliments de base le plus important et qui enregistre la plus forte hausse en Amérique latine – les deux régions sont des importateurs nets.



• Dans la plupart des pays en développement, la disponibilité du riz est assimilée à la sécurité alimentaire, et liée de près à la stabilité politique.



• Les cinq premiers producteurs sont : la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Bangladesh et le Vietnam.



• Les cinq premiers exportateurs sont : la Thaïlande, le Vietnam, le Pakistan, les Etats-Unis et l’Inde.



• Il existe aujourd’hui 120 000 variétés de riz.



• Dans le monde entier, 80 millions d’hectares de riz irrigué (55 pour cent de la zone totale) produisent les trois-quarts du riz récolté.



• Le rendement moyen de riz dans le monde s’élève à quatre tonnes par hectare, mais des rendements de plus de 10 tonnes par hectare ont été enregistrés.



• Il faut de 90 à 200 jours pour qu’une récolte de riz arrive à maturité.



Source: IRRI, USDA



ds/mw/sk/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join