1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

La situation alimentaire demeure préoccupante

La situation de la sécurité alimentaire en Mauritanie demeure préoccupante en dépit d'une légère amélioration des pluies, a rapporté le Réseau du système d'alerte rapide sur la famine (FEWS Net) dans son rapport de situation pour le mois de septembre.

D'après FEWS, les pluies sont encore insuffisantes pour pallier à l'impact des mois de sécheresse car l'agriculture de la Mauritanie dépend essentiellement de l'irrigation. De nombreux agriculteurs continuent de perdre du bétail à cause du manque d'eau, et les prix des denrées de base comme la viande et le sorgho sont encore légèrement supérieurs à la normale.

Les agences humanitaires examinent des propositions visant à doubler de 26 à 52 les centres alimentaires mis en place depuis avril. Les centres, baptisés Centres d'Alimentation Communautaire, ont été établis par des agences des Nations Unies et par des ONG dans le but de distribuer de la nourriture aux plus nécessiteux.

Le gouvernement, a précisé FEWS, espère encore que la communauté internationale répondra à l'appel qu'il a lancé il y a un mois pour obtenir une aide alimentaire internationale. Le Programme alimentaire mondial a démarré une opération de distribution de rations alimentaires d'urgence mais celle-ci n'a pas réussi à réduire le déficit alimentaire, a remarqué FEWS Net.

D'après les Lutheran World Services, 26,5 pour cent des 4,642 habitants de la région d'Assaba souffrent de sévère malnutrition et 41,5 pour cent souffrent de malnutrition modérée. Dans le district de Gorgol (Préfecture de M'Bout), 16 pour cent des 3,257 habitants sont sévèrement affectés, et ceux qui sont modérément affectés représentent 31 pour cent, a rapporté FEWS Net.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join