The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

Une pénurie alimentaire guette 60 000 personnes - FEWS Net

Country Map - Mauritania
(IRIN)

Pas moins de 60 000 Mauritaniens sont menacés par d'imminentes pénuries alimentaires, a rapporté jeudi le Réseau des systèmes d'alerte rapide sur la famine (FEWS-Net).

Le problème est particulièrement aigu dans l'enclave d'Aftout, au sud du pays, qui a souffert six mauvaises récoltes successives, a-t-il précisé.

La Mauritanie est confrontée à un déficit céréalier de 205 000 tonnes, équivalent à cinq mois en besoin de consommation céréalière, surtout à cause de l'absence de pluie. Les céréales incluent le millet, le sorgho et le maïs.

"En outre, les pluies diluviennes du 9 au 11 janvier ont occasionné la mort de 120 000 têtes de bovins, d'ovins et de chèvres ; la destruction de 25 pour cent des cultures déjà récoltées ; et des pertes humaines et matérielles », a indiqué FEWS Net.

"Les pluies ont détruit les pâturages pour les animaux qui ont survécu », ajoute le rapport.

A Aftout, la production agricole ne suffira à répondre qu'à deux mois de besoins, a averti FEWS Net.

Les ménages de la Vallée du fleuve Sénégal et des districts pastoraux de la région de Trarza ont été les plus affectés par la perte du bétail, a-t-il informé. Les villageois Haratin extrêmement appauvris à Hodh el Chargui et Hodh el Gharbi, dans le sud, se trouvent dans des conditions similaires, et beaucoup d'entre eux ont quitté le Mali, souligne le rapport.

"Ces conditions ont placé quelque 16 000 agriculteurs des deux Hodhs et 46 000 paysans et pasteurs de la Vallée du fleuve Sénégal et d'Aftout dans la catégorie des personnes en butte à une extrême insécurité alimentaire qui - tôt ou tard, seront dans l'incapacité de répondre à leurs besoins de consommation, puisqu'ils ont déjà épuisé leurs stratégies d'acquisition de la nourriture - et sont confrontés à une famine imminente », a alerté FEWS Net.

"Les signes de malnutrition abondent sous forme d'épuisement et de perte de poids, de cécité nocturne, de scorbut, de déshydratation et de diarrhée, et de décès dus à la faim », a-t-il ajouté.

Le rapport du FEWS Net fait suite à un appel urgent du gouvernement mauritanien, le 1er septembre, sollicitant une assistance pour fournir 38 000 tonnes de céréales et 14 000 tonnes de matériels complémentaires pour répondre pendant près de trois mois aux besoins des personnes dans le désespoir.

En lançant l'appel, le ministre de l'Intérieur, des Postes et des Télécommunications, Lemrabet Sidi Mahmoud Ould Cheikh Ahmed, a indiqué qu'il ne fallait rien attendre des exploitations agricoles du pays car la majorité d'entre elles dépendent de la chute des pluies.

L'agriculture pluviale constitue le tiers de la production annuelle céréalière de la Mauritanie, et les basses régions en aval des barrages contribuent au sixième de la production. La plupart des basses régions ont été sèches cette année.

Les informations détaillées contenues dans le rapport du FEWS Net et les documents connexes sont disponibles sur: www.fews.net.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join