1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Ouganda

La « roue de l’amour » peut-elle mettre fin à l’infidélité ?

A couple looks at the love wheel, a tool to improve marriage and prevent HIV in Uganda
(Esther Nakkazi/IRIN)

Faites tourner la roue et obtenez un conseil pour gâter votre douce moitié ; passez plus de temps ensemble ou organisez une soirée romantique. La « roue de l’amour » est la nouvelle initiative de prévention du VIH utilisée en Ouganda pour encourager les couples à chercher la passion au sein de leur propre mariage plutôt qu’à aller voir ailleurs.



Reenah Kakuru a déjà remarqué une différence depuis qu’elle et son conjoint ont commencé à utiliser « la roue de l’amour ». « Aujourd’hui, il m’a donné de l’argent pour que je puisse me gâter. Une fois, il devait appeler certaines de mes amies pour les inviter [à venir me visiter], mais je voyais qu’il ne savait pas quoi faire. Sa tâche, selon la « roue de l’amour », était de choisir mes trois meilleures amies et il ne savait pas qui elles étaient », a-t-elle dit à IRIN/PlusNews.



« L’aspect le plus positif, c’est probablement le fait que ça donne quelque chose à espérer », a-t-elle ajouté.



« Il y a quelque chose de ludique là-dedans. Ça nous permet d’améliorer notre intimité, de bâtir des relations avec notre famille et nos amis et de stimuler notre créativité », a dit Peter, le mari de Reenah. « Nous avons des emplois très exigeants qui nous tiennent très occupés et nous oublions [parfois de prendre soin l'un de l’autre]. La roue sert de rappel et permet de préserver la cohésion au sein du couple ».



La roue est divisée en huit catégories – famille, forme physique, plaisir, amis et finances, entre autres – et offre un certain nombre de conseils pour chacune d’elles. Elle est actuellement distribuée dans les supermarchés de la capitale, Kampala. Selon ses promoteurs, plus de 1 500 unités ont déjà été vendues depuis le lancement en novembre 2010.



« Nous n’avions pas d’option fidélité pour ceux qui souhaitent rester fidèle à leur partenaire mais ne savent pas comment y arriver », a dit Julius Lukwago, directeur du marketing et des communications pour l’organisation non gouvernementale (ONG) de marketing social Programme for Accessible Health, Communication and Education (PACE). « Comme pour tout le reste dans la vie – l’éducation, la carrière –, il faut travailler fort pour réussir à consolider et à préserver un mariage ».









« Pour certains Africains, elle est tout simplement inutile – l’idée de gâter leur épouse et les autres idées modernes du genre leur semblent futiles »

Les recherches ont démontré que les personnes qui ont des partenaires sexuels multiples contribuent chaque année à hauteur de 46 pour cent aux nouvelles infections au VIH en Ouganda, et que 43 pour cent des nouvelles infections surviennent chez les couples mariés. Les recherches de PACE ont également révélé que de nombreux couples mariés avaient une attitude fataliste envers l’infidélité et la considéraient comme inévitable.



Gadget ?



Certains habitants de Kampala ont toutefois questionné l’intérêt de la roue dans leur vie personnelle. « Pour certains Africains, elle est tout simplement inutile – l’idée de gâter leur épouse et les autres idées modernes du genre leur semblent futiles », a dit Dan Kiggala.*



M. Kiggala, un homme marié qui a entendu la publicité à la radio mais qui n’est pas intéressé à acheter la roue, croit que les campagnes de prévention du VIH devraient être plus réalistes.



« Lorsque je vois cette campagne et les campagnes encourageant l’utilisation du préservatif, je me dis qu’on devrait abandonner ce genre de gadget et se concentrer sur la promotion des pratiques sexuelles sans risque », a-t-il ajouté.



L’efficacité des campagnes destinées à encourager la fidélité en Ouganda a récemment été mise en doute par une étude réalisée par PANOS, un groupe de réflexion qui s’intéresse aux communications. D’après l’étude, les campagnes n’abordent pas les questions sociales, culturelles et économiques qui expliquent pourquoi les gens ont des partenaires multiples.



M. Lukwago, de PACE, a dit que l’organisation avait déjà mis sur pied un programme ambitieux destiné à encourager l’utilisation du préservatif, et que la « roue de l’amour » ciblait les couples qui avaient l’impression d’avoir perdu l’étincelle et souhaitaient ressouder leur couple.



À Kampala, des employés de supermarchés ont dit que la roue - qui coûte environ 5 dollars l’unité – était trop chère pour de nombreux clients. Selon les observateurs, l’impact de la campagne risque également d’être limité par le fait que la roue est en anglais et qu’elle n’a été vendue que dans les zones urbaines jusqu’à présent.



Les responsables de PACE ont annoncé leur intention de traduire la « roue de l’amour » en huit langues locales et de transformer les conseils en activités pertinentes dans les zones rurales où vivent la majorité des Ougandais.



La « roue de l’amour » est la seconde phase de la campagne Go Red for Fidelity, lancée en 2009 par le gouvernement, l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le SIDA et PACE et dont l’objectif est de mettre l’accent sur la monogamie comme moyen de prévention du VIH/SIDA.



*pas son vrai nom



en/kr/cb- gd/amz

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join