1. Accueil
  2. Afrique

Les chauffeurs routiers sur le chemin du centre de santé

A map showing truck drivers the locations of wellness centres where they can access health services along their routes (<a href="http://pictures.irinnews.org/images/2010/originals/201003161246420665.jpg" target="_blank"><strong><font color=#800000>See lar
(Maplecroft)

 De nouvelles cartes indiquant le lieu exact où se trouvent des « centres de bien-être » en Afrique subsaharienne permettent aux chauffeurs routiers infectés au VIH ou souffrant d’autres infections sexuellement transmissibles (IST) d’avoir un meilleur accès au traitement et aux soins. 



Le géant pétrolier Shell, de concert avec Maplecroft, une société spécialisée dans l'évaluation des risques et la North Star Alliance qui construit des cliniques sur les aires de repos ont conçu et imprimé 20 000 cartes destinées aux chauffeurs routiers au Kenya, en Afrique du Sud, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Togo, en Tanzanie, en Ouganda, au Botswana, en Guinée, au Mali et en Namibie. Les cartes indiquent le lieu où sont implantées plus de 160 cliniques.



« Beaucoup d’entre nous souhaiteraient suivre un traitement, mais parfois, il arrive que nous ne sachions pas où nous rendre pour obtenir [les médicaments] quand nous sommes sur la route. Par conséquent, ces cartes peuvent nous être utiles », a dit à IRIN/PlusNews Eliud Musili alors qu’il se trouvait à Mlolongo, une aire de repos à Nairobi, la capitale kényane. « Désormais, nous pouvons même indiquer aux autres chauffeurs où aller pour recevoir [des services de santé]. »



En Afrique de l’Est et centrale, les cartes sont distribuées aux chauffeurs routiers aux « SafeTStops », des zones d'arrêt où les centres de bien-être offrent divers services, dont le dépistage des IST, de la tuberculose, du VIH et des conseils, aux chauffeurs routiers et aux communautés avec lesquelles ces derniers interagissent.



« Les centres de bien-être sont implantés dans les zones où ces groupes à risque élevé de contracter le VIH/SIDA convergent, afin de leur fournir des informations sur le VIH et d’autres IST, les méthodes de prévention, comme l’usage du préservatif, le diagnostic des IST, le dépistage et le conseil », a souligné Dorothy Muroki, directrice de projet auprès de Regional Outreach Addressing AIDS through Development Strategies II, un projet mené par Family Health International (FHI). « Pour les groupes à risque élevé, l’information est très importante. »



On compte au total huit SafeTStops qui proposent leurs services à quelque 230 000 personnes chaque année, à Djibouti, en Tanzanie, au Rwanda et en Ouganda.
















Lire aussi
 Ne pas pointer du doigt trop vite les chauffeurs routiers
 « Je couche avec ma femme et ma petite amie, c’est tout »

Vivre dangereusement




Depuis plus de six ans maintenant, Julius Mwapele*, un homme de 35 ans et père de cinq enfants, travaille comme docker au port de Dar es Salaam. Il y a trois mois, il s’est rendu dans une clinique afin de faire traiter des démangeaisons persistantes au niveau du pénis.



« Au début, je ne voulais pas y [prêter attention], mais [les démangeaisons] persistaient, alors je me suis rendu dans une clinique ici, au port », a-t-il confié à IRIN/PlusNews. « A la clinique, ils m’ont annoncé que je souffrais de blennorragie. J’ai eu peur, mais ils m’ont dit qu’ils pouvaient me soigner ».



Bien qu’il ne soit pas particulièrement bien payé, par rapport aux nombreuses autres personnes vivant aux alentours du port, Julius Mwapele est un homme aisé. Selon lui, il a contracté l’IST auprès d’une femme locale.



« J’ai trois maîtresses ici, je leur achète de la nourriture », a-t-il précisé. « J’ai des relations sexuelles avec elles. Parfois, quand je n’ai pas d’argent, elles me donnent gratuitement de la nourriture. Mais quand j’ai de l’argent, c’est à mon tour de leur offrir quelque chose ».



Pauses-sexe



La prostitution est répandue sur les aires de repos, le long des axes routiers de l’Afrique subsaharienne. Selon les résultats d’une étude menée par l’Université du Manitoba en 2006, près de 8 000 professionnelles du sexe travaillaient sur l’autoroute transafricaine, de la ville côtière kényane Mombasa à la capitale ougandaise Kampala. L’étude a également indiqué que les chauffeurs et leurs assistants présentaient des taux élevés d’IST et que bon nombre d’entre eux adoptaient des comportements sexuels à risque.



Les SafeTStops ont été conçus afin d’offrir aux chauffeurs routiers et aux professionnelles du sexe des informations et autres services sans porter de jugement. « Les femmes ne vendent pas leur corps pour le plaisir, mais pour des raisons financières. Les chauffeurs routiers, quant à eux, font appel aux services des professionnelles du sexe, car ils sont rarement aux côtés de leur épouse », a expliqué Mme Muroki.









« On plaisante en disant qu’après cinq bières, toutes les femmes sont belles »

Les centres s’apparentent également à des aires de loisirs. « Nous proposons des activités récréatives, comme le billard. Il y a également du matériel de lecture et une télévision. Ainsi, lorsque quelqu’un visite un centre, personne ne sait les raisons qui l’ont poussé à s’y rendre, à l’exception du personnel clinique », a affirmé Victoria Jonathan, directrice d’un centre de bien-être du port de Dar es Salaam. « Ainsi, un sentiment de confidentialité s’installe. L’intérêt suscité par les services est impressionnant. »



Le facteur alcool



« Il est interdit de consommer de l’alcool dans les centres. Cette interdiction vise à faire passer le message selon lequel la consommation excessive d’alcool est un des facteurs clés d’un comportement sexuel à risque », a-t-elle poursuivi.



Ben Manyala, un chauffeur routier séropositif de Dar es Salaam, a reconnu que l’alcool jouait un rôle important dans la transmission du VIH parmi les chauffeurs routiers.



« La consommation d’alcool contribue [à la propagation du VIH]. On plaisante en disant qu’après cinq bières, toutes les femmes sont belles. »



* Un nom d’emprunt



ko/kr/mw/cd/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join