1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Rwanda

Une nouvelle campagne de lutte contre le VIH cible les détenus

[Rwanda] Inmates carry a sick prisoner released from Kigali central prison on Friday 29, 2005. Rwanda released up to 36,000 prisoners many of whom have confessed to taking part in the country's 1994 genocide. [Date picture taken: 2005/07/29]
Prisioneiros transportam um colega doente (Arthur Asiimwe/IRIN)

Les autorités de la santé rwandaises ont lancé une campagne visant à sensibiliser les détenus du pays – considérés comme un des groupes les plus exposés au risque du VIH – aux moyens de se protéger de l’infection et d’éviter de transmettre le virus.



« Nous avons adopté de nouvelles mesures pour sensibiliser les gens dans les établissements pénitentiaires, car les comportements sexuels à risques dans les prisons rwandaises semblent faire partie des facteurs majeurs contribuant à l’augmentation de la propagation du VIH », a dit Anita Asiimwe, secrétaire exécutive de la Commission nationale de lutte contre le sida (CNLS).



La nouvelle stratégie s’appuiera sur des pairs éducateurs, qui informeront les détenus sur le VIH ; ils encourageront également les détenus à bénéficier des services de conseil et de dépistage volontaire du VIH, de façon à ce que ceux qui sont déjà séropositifs aient accès aux traitements.



« Nous mettons l’accent sur l’accès aux soins des détenus séropositifs », a dit Antoine Semukanya, secrétaire exécutif adjoint de la CNLS.



Comme d’autres pays de la région, tels que le Kenya et l’Ouganda, le Rwanda considère, dans le cadre de sa politique de lutte contre le VIH, que les détenus font partie des groupes les plus exposés aux risques d’infection et de transmission du VIH.



Facteurs de risques



« La prison offre des conditions idéales pour la transmission du VIH, en particulier via l’homosexualité », a dit à IRIN/PlusNews Dative Mukanyangezi, directrice générale de la Prison centrale de Kigali – où 16,5 pour cent des femmes détenues et 15 pour cent des hommes détenus sont séropositifs, d’après des données de 2006.



D’après elle, les pratiques telles que l’usage de drogues par voie intraveineuse et le partage d’instruments de tatouage non stériles sont courantes dans les prisons rwandaises.



Selon une étude effectuée en 2009 par le ministère de la Santé et ses partenaires, des détenus de la Prison de Kimironko, à Kigali, ont rapporté avoir des relations sexuelles avec des travailleuses du sexe, leurs petites amies ou leurs femmes lorsqu’ils sortaient de la prison pour travailler.



« Toutes ces pratiques, ainsi que [le fait que] la plupart des détenus sont des hommes sexuellement actifs âgés de 19 à 30 ans, peuvent expliquer pourquoi les détenus sont un des groupes les plus exposés au risque du VIH », a ajouté Mme Mukanyangezi.



L’étude a également observé que des problèmes structurels tels que la saturation des prisons – le Rwanda présente l’un des taux de détention les plus élevés du monde, avec environ 604 détenus pour 100 000 habitants –, des droits de visites courts et compliqués, et le manque de nourriture, contribuaient également au risque de transmission du VIH en prison. L’étude a recommandé que certains détenus aient droit à des visites conjugales.



La question des préservatifs



M. Semukanya, de la CNLS, a dit que du fait de la nature illégale du sexe derrière les barreaux, la nouvelle stratégie n’inclurait pas la distribution de préservatifs ou de lubrifiants à base d’eau, dont l’utilisation est recommandée afin d’éviter les lésions en cas de relations sexuelles anales avec préservatif.



Cependant, des experts ont recommandé l’utilisation de préservatifs en prison. Un rapport publié en 2009 par TRAC-Plus, le Centre de traitement et de recherche sur le sida, le paludisme, la tuberculose et d’autres maladies à caractère épidémique, a observé qu’un renforcement de la prévention du VIH dans les prisons était nécessaire, en particulier à travers la promotion des préservatifs.



« On pourrait faire évoluer les comportements en utilisant des messages plus appropriés que les sanctions [visant] les MSM [hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes], en s’efforçant en priorité d’augmenter la perception du risque, de dé-stigmatiser les préservatifs, et de promouvoir d’autres stratégies en matière de satisfaction sexuelle [des détenus] », a suggéré l’étude du ministère.



at/kr/mw/il


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help make quality journalism about crises possible

The New Humanitarian is an independent, non-profit newsroom founded in 1995. We deliver quality, reliable journalism about crises and big issues impacting the world today. Our reporting on humanitarian aid has uncovered sex scandals, scams, data breaches, corruption, and much more.

 

Our readers trust us to hold power in the multi-billion-dollar aid sector accountable and to amplify the voices of those impacted by crises. We’re on the ground, reporting from the front lines, to bring you the inside story. 

 

We keep our journalism free – no paywalls – thanks to the support of donors and readers like you who believe we need more independent journalism in the world. Your contribution means we can continue delivering award-winning journalism about crises. Become a member of The New Humanitarian today

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join