1. Accueil
  2. Afrique

AVIS DE TEMPÊTE – Le coût humain du changement climatique

Get the Flash Player to see this player.

















































Woman digging a dry river bed in Ithumba village in Kitui, Kenya

Peter Murimi/IRIN
Woman digging a dry river bed in Ithumba village in Kitui, Kenya
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Mercredi, décembre 10, 2008
Le désir d’enfant occulte la peur du VIH
Woman digging a dry river bed in Ithumba village in Kitui, Kenya

Women with belongings on their heads taking part in a flood simulation exercise. Floods have cost hundreds of lives and millions of dollars in damages in recent years in parts of Caia, Mozambique, 2008 (FILM ONLY - use image 201101311443010828 for reports

David Gough/IRIN
Women with belongings on their heads taking part in a flood simulation exercise. Floods have cost hundreds of lives and millions of dollars in damages in recent years in parts of Caia, Mozambique, 2008 (FILM ONLY - use image 201101311443010828 for reports
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Vendredi, octobre 31, 2008
Women with belongings on their heads taking part in a flood simulation exercise. Floods have cost hundreds of lives and millions of dollars in damages in recent years in parts of Caia, Mozambique, 2008 (FILM ONLY - use image 201101311443010828 for reports

Creeping deserts

Flickr
Creeping deserts
http://www.flickr.com/
Lundi, décembre 8, 2008
A new look at dry areas
Creeping deserts
Récolter la pluie

 Regarder le film
Fuir les inondations

 Regarder le film
Désert rampant

 Regarder le film
TéléchargerTéléchargerTélécharger

Woman Picking tea in Tumutumu Division, Nyeri

Peter Murimi/IRIN
Woman Picking tea in Tumutumu Division, Nyeri
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Mercredi, décembre 10, 2008
Woman Picking tea in Tumutumu Division, Nyeri

Fisherman Village in Saint Louis, Senegal. Rising sea levels are putting the villagers at risk

IRIN
Fisherman Village in Saint Louis, Senegal. Rising sea levels are putting the villagers at risk
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Lundi, décembre 8, 2008
Fisherman Village in Saint Louis, Senegal. Rising sea levels are putting the villagers at risk

Kuena Setlabe of Hatsui village. This village has had insufficient rain and food is scarce

IRIN
Kuena Setlabe of Hatsui village. This village has had insufficient rain and food is scarce
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Lundi, décembre 8, 2008
Climate Change - The Human Cost
Kuena Setlabe of Hatsui village. This village has had insufficient rain and food is scarce
Paludisme des hautes terresRegarder le film Érosion côtière

Regarder le film
Sécheresse montagnarde

 Regarder le film
TéléchargerTéléchargerTélécharger

Fishermen going to fish on the Zambezi River

Peter Murimi/IRIN
Fishermen going to fish on the Zambezi River
http://www.irinnews.org/photo/
Mercredi, décembre 10, 2008
Fishermen going to fish on the Zambezi River

Farmers Plowing in Ngohe Ndioffogor village in Senegal

Farmers Plowing in Ngohe Ndioffogor village in Senegal
Peter Murimi/IRIN
Farmers Plowing in Ngohe Ndioffogor village in Senegal
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Mercredi, décembre 10, 2008
Tense election build-up ends calmly
Farmers Plowing in Ngohe Ndioffogor village in Senegal


Fleuves en crue

 Regarder le film
Irrigation goutte-à-goutte

 Regarder le film
 
TéléchargerTélécharger



IRIN, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), a le plaisir d’annoncer le lancement de huit courts-métrages sur le thème du coût humain du changement climatique en Afrique.



La dernière route de montagne que l’on emprunte, en se dirigeant vers le village d’Ha Tsui, s’appelle ‘Que Dieu m’aide’ : quelques jours passés au village suffisent à comprendre pourquoi.



Ces dernières années, la neige et les chutes de pluie ont diminué dans les montagnes du Lesotho, et pour les habitants d’Ha Tsui, les maigres récoltes sont devenues la norme.



« La vie sera dure parce que nous n’avons pas de nourriture », a dit Paulosi Lebakeng, chef du village. « Même quand les récoltes poussent bien, elles ne nous donnent pas assez pour nourrir nos familles ».



En Afrique de l’Ouest, le désert du Sahara avance de plusieurs milliers de kilomètres carrés chaque année, et pour les populations et les animaux, la quête de l’eau devient de plus en plus désespérée.



« Quand j’étais jeune c’était facile d’avoir de l’eau, mais pas de nos jours », a dit Alioune Modhi, un nomade mauritanien.



« Parfois, je creuse 12 puits et je ne trouve toujours pas d’eau. C’est notre plus gros problème ».



Plus au sud, dans la ville sénégalaise de Saint-Louis, Mouctar Gaye et ses voisins ont un autre problème avec l’eau.



La montée du niveau de la mer signifie que chaque année, l’eau se rapproche de leurs maisons. Désormais, ce n’est plus qu’une question de temps avant que leurs habitations ne soient emportées.



« Tu ne dors pas, tu ne peux pas bien manger, tu ne peux pas partir travailler », a dit Mouctar. « Tu penses à ça tout le temps ».



Pour des dizaines de milliers de Mozambicains, la menace ne vient pas de la mer, mais des fleuves. Les fleuves Limpopo et Zambèze connaissent des crues de plus en plus fréquentes ces dernières années, causant de lourdes pertes humaines et de moyens de subsistance.



« Nous avons préparé la terre et planté du maïs, puis les inondations sont arrivées et ont tout détruit », a dit Amelia Michaiae.



Dans le district de Chokwe, la Croix-Rouge apprend aux habitants à construire des silos à grains dans les arbres pour sauvegarder les semences lorsque les inondations surviennent.



Le long des rives du Zambèze, les populations vulnérables sont déplacées vers des sites où elles sont protégées des inondations, mais où elles n’ont plus accès à leurs fermes et leurs moyens de subsistance. Les rétablir s’avère difficile.



Le paludisme tue déjà un million d’Africains chaque année. L’une des conséquences de la hausse de la température est que les moustiques vecteurs du paludisme peuvent désormais survivre au sein de communautés vivant en altitude qui étaient auparavant protégées. Les enfants et les personnes âgées sont les plus touchés.



Mais dans certains cas, le changement climatique peut avoir un effet positif.



Sur les terres agricoles arides de l’est du Kenya, une ONG allemande a aidé des communautés à récolter la pluie. Utilisant les rochers qui parsèment un paysage généralement plat, ils construisent des réservoirs simples pour recueillir l’eau de pluie qui ruisselle sur les rochers. L’eau collectée est alors vendue pour un prix symbolique. Certaines communautés ont investi sur les marchés, d’autres dans l’irrigation goutte-à-goutte – saisissant une réelle opportunité de transformer ce qui était au départ une technique de survie en outil de développement.



L’irrigation goutte-à-goutte est aussi devenue populaire au Sénégal, où une ONG israélienne enseigne aux fermiers cette technique simple qui leur permet de maîtriser leurs récoltes et de ne pas être laissé totalement à la merci des caprices du climat.

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join