1. Accueil
  2. Asie
  3. Vietnam

Les préparatifs ont « aidé à sauver des vies »

Typhoon Ketsana hit central Vietnam on 29 September with winds of 167 kilometers (104 miles) per hour, killing at least 34 people in the country after leaving more than 240 people dead in the Philippines
Typhoon Ketsana hit central Vietnam on 29 September with winds of 167 kilometers (104 miles) per hour, killing at least 34 people in the country after leaving more than 240 people dead in the Philippines (Geoffrey Cain/IRIN)

Habitant la région côtière du centre du Vietnam, Ngo Thi Thanh a survécu à des dizaines de tempêtes tropicales et de typhons, mais, en 60 ans d’existence, elle n’avait jamais vu autant de destructions que celles provoquées par le typhon Ketsana, qui a frappé le pays le 29 septembre en fin de journée.



« Il a tout balayé. C’était comme si une bombe atomique nous était tombée dessus », a indiqué Mme Thanh, qui habite la province de Quang Nam, la plus durement touchée, sur la côte centre-sud du Vietnam.



Sa maison, faite de ciment, abritait des dizaines d’amis et de voisins quand les vents de 144 kilomètres/heure ont balayé la ville de Tam Ky, à sept kilomètres de la côte.



« La tempête est finie, mais tous les toits de tôle ont été arrachés et les rues sont jonchées d’arbres tombés », a-telle ajouté. « On dirait que la ville vient d’être bombardée ».



Selon un bilan provisoire du gouvernement le 1 Octobre, 92 personnes ont trouvé la mort et 19 autres sont portées disparues.



Près de 60 000 foyers ont été endommagés ou détruits. Certains secteurs de la vieille ville de Hoi An, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, demeurent immergés sous trois mètres d’eau.



Selon Ugo Blanco, qui participe à la coordination de la réponse à la crise du Programme des Nations Unies pour le développement, le nombre de pertes aurait pu être beaucoup plus élevé.



« Le typhon Ketsana a été l’un des pires que nous avons connus en termes d’intensité, mais pas en termes de dommages », a-t-il dit. Et c’est parce que « nous étions très, très bien préparés. Quand la tempête a frappé les Philippines, cela a déclenché les préparatifs [au Vietnam]. Deux cent mille personnes ont été évacuées. Cela a permis de sauver beaucoup, beaucoup de vies ».



Alors que le typhon Ketsana s’est affaibli pour se transformer en dépression tropicale et s’est déplacé à l’intérieur des terres vers le Cambodge et le Laos, les habitants et les responsables du centre du Vietnam combattent maintenant des inondations importantes.


Typhoon Ketsana struck Vietnam with with of 167km per hour, late on 29 September. A day later 41 people were killed and 10 still missing

Typhoon Ketsana as of 29 September
NOAA
Typhoon Ketsana struck Vietnam with with of 167km per hour, late on 29 September. A day later 41 people were killed and 10 still missing
http://www.noaa.gov/
Mardi, septembre 29, 2009
Preparation "helped to save lives"...
Typhoon Ketsana struck Vietnam with with of 167km per hour, late on 29 September. A day later 41 people were killed and 10 still missing


Photo: NOAA
Le typhon Ketsana, le 29 septembre

Au moins une section de l’autoroute nationale qui traverse le pays du nord au sud demeure impraticable.



Des millions d’habitants sont sans électricité après que des sections du réseau national ont été affectées.



D’après Nguyen Ngoc Quang, directeur de la prévention et du contrôle des inondations pour la province de Quang Nam, l’élévation du niveau des eaux, l’inondation des routes et l’endommagement des ponts ont isolé des centaines de milliers de personnes.



« Nous avons mobilisé des soldats pour aider à la distribution de nouilles instantanées, de médicaments et d’autres fournitures », a indiqué M. Quang. « Nous n’allons pas laisser les gens souffrir de la faim ».



Bien que les pluies aient diminué, dans certaines régions, le niveau des cours d’eau continue de s’élever. Il pourrait même dépasser les niveaux atteints au moment de l’inondation historique de 1964, selon Nguyen Lan Chau, directrice adjointe du centre national pour les prévisions hydrométéorologiques. Les avertissements d’inondations demeurent en vigueur, a-t-elle indiqué, et il faudra évacuer beaucoup plus d’habitants si les niveaux d’eau ne commencent pas bientôt à baisser.



Une réponse rapide



Des habitants ont été déplacés à l’intérieur des terres et des immeubles fragiles ont été barricadés et renforcés à l’aide de sacs de sable. Ketsana a fait au moins 277 victimes aux Philippines, selon un bilan des autorités le 1 octobre, avant de se déplacer au-dessus de la mer de Chine méridionale.



Le Disaster Management Working Group (DMWG), qui rassemble des représentants du gouvernement, des Nations Unies et d’organisations non gouvernementales, a envoyé des équipes dans les six provinces les plus durement touchées afin d’évaluer les dommages. Elles publieront leur rapport le 6 octobre, accompagné de recommandations pour une aide à long terme et des projets de reconstruction.



« Nous avons maintenant très peur », a dit Thanh, de la ville de Tam Ky. « Nous craignons qu’une autre tempête ne s’abatte sur nous avant que nous n’ayons le temps de récupérer physiquement et [émotionnellement] ».



mo/ds/mw/gd/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join