The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Éthiopie

Fêter le Nouvel an avec un message sur le VIH

Mobile phones are increasingly being used as tools for humanitarians
(Keishamaza Rukikaire/IRIN)

Le gouvernement éthiopien a décidé d’utiliser les nouvelles technologies et les célébrations de la nouvelle année dans le pays comme une occasion d’encourager les citoyens et leurs familles à aller faire le test de dépistage du VIH.



« Nouvelle année, nouvelle vie ! Faites-vous dépister pour le VIH, faites-vous dépister avec votre partenaire, faites dépistez vos enfants et éclairez l’avenir de votre famille ! Dépistage gratuit. Bonne année ! », disait le message texte envoyé aux abonnés du fournisseur national de télécommunications, Ethiopian telecommunications corporation, par le Bureau fédéral de prévention et de contrôle du VIH/SIDA (HAPCO, en anglais), à l’occasion des célébrations du Nouvel an éthiopien, qui ont démarré le 11 septembre.



L’Ethiopie suit un calendrier unique qui affiche sept années de moins que le système grégorien. L’année compte 13 mois.



« HAPCO voulait encourager tout le monde à connaître son statut [sérologique] ; l’idée est de promouvoir le dépistage pour que les gens en soient informés », a expliqué Feleke Dana Tanga, en charge de l’équipe de suivi et évaluation de HAPCO.



Un activiste de la lutte contre le sida, qui a requis l’anonymat, a estimé que cette campagne était une étape bienvenue, mais a souligné que l’Ethiopie était toujours confrontée à une stigmatisation constituant l’un des principaux obstacles au dépistage.



« Ce n’est pas suffisant d’offrir le dépistage gratuit, il faut faire plus contre la discrimination – sur le moment, les gens penseront que si vous allez vous faire dépister, c’est parce que vous avez la maladie », a-t-il dit. « Par ailleurs, le message ne donne pas de détails sur l’endroit où on peut aller se faire dépister ».



L’Ethiopie affiche un taux de prévalence du VIH de 2,1 pour cent ; selon les estimations, 2,3 millions de personnes vont se faire dépister chaque année pour le VIH dans plus de 1 000 centres de dépistage répartis dans tout le pays.



wd/kr/mw/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join