1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

Changements dans la politique américaine de lutte contre le sida

Barack Obama.
US President-elect Barack Obama (Wikipedia)

Lors de la 5ème Conférence de l’International AIDS society (IAS) sur la pathogenèse, le traitement et la prévention du VIH, qui se tient cette semaine dans la ville sud-africaine du Cap, Eric Goosby, Coordonnateur pour les Etats-Unis de la lutte mondiale contre le sida, a présenté, à peine trois semaines après sa nomination, quelques uns des changements que l’administration du président Barack Obama apportera à la politique américaine de lutte mondiale contre le sida.



M. Goosby a commencé par rassurer les délégués, qui sont nombreux à mettre en œuvre des programmes financés par le Plan d’Urgence du président des Etats-Unis pour la lutte contre le sida (PEPFAR), en leur promettant que la lutte contre le sida resterait une composante centrale de la politique étrangère du président Obama. Cependant, il a indiqué que d’autres priorités seraient également mises en avant, comme la santé maternelle et infantile, ou encore les maladies tropicales.



Les chercheurs estiment à 1,2 million le nombre de décès évités en Afrique entre 2004 et 2007 grâce aux interventions financées par le PEPFAR, mais l’initiative a également été largement critiquée, beaucoup lui reprochant le poids de l’idéologie conservatrice dans la prise de décisions politiques.



« Les résultats de nos actions seront plus durables si, en plus de nos activités sanitaires, nous menons des activités de développement », a expliqué M. Goosby, en réponse à des inquiétudes concernant l’impact des programmes du PEPFAR, qui sont accusés d’être trop centrés sur les objectifs à court terme, au lieu d’agir sur les disparités sociales et les inégalités entre les sexes, qui favorisent l’épidémie de VIH/SIDA. Il a promis que le PEPFAR trouverait des solutions pour répondre aux inégalités entre les sexes en particulier, notamment en mettant en place des stratégies impliquant davantage les hommes.



Pendant la présidence de Georges W. Bush, les interventions négligeaient souvent les populations les plus exposées au VIH : les politiques interdisaient le financement, par l’Etat fédéral, des programmes d’échange de seringues pour les consommateurs de drogues injectables, et imposaient des restrictions concernant le financement de programmes visant les travailleurs du sexe.



Le docteur Anthony Fauci, directeur de l’Institut national de l’allergie et des maladies infectieuses à l’Institut national de la santé des Etats-Unis, a annoncé aux délégués qu’un projet de loi visant à lever l’interdiction du financement des programmes d’échange de seringue était en cours d’examen au Congrès, et que les restrictions concernant l’entrée sur le territoire américain des personnes séropositives seraient très probablement supprimées dans un futur proche. « Sur le plan scientifique et politique, nous resterons sur le droit chemin », a-t-il promis.



M. Goosby a également expliqué clairement que la priorité serait donnée à la preuve scientifique plutôt qu’aux préoccupations morales, afin de redoubler d’efforts pour toucher les populations à haut risque – les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les consommateurs de drogues injectables et les travailleurs du sexe – et de permettre ainsi à ces personnes d’accéder à la prévention et aux soins contre le VIH.









« La crise économique a poussé les Etats à s’interroger avec un regard neuf sur ce qu’ils pouvaient ou non se permettre  »

En réponse à des critiques concernant le fait que les programmes du PEPFAR ont tendance à agir de manière isolée, voire conflictuelle, par rapport aux stratégies nationales de lutte contre le VIH/SIDA, M. Goosby a annoncé que les interventions américaines joueraient désormais un rôle de soutien aux efforts nationaux, en faisant en sorte que les gouvernements soient davantage impliqués et mènent eux-mêmes les projets. « En fin de compte, chaque gouvernement est responsable de la santé de ses citoyens », a-t-il déclaré.



Une stratégie dominée par l’action des organisations non gouvernementales (ONG) a conduit à des résultats convaincants à court terme, mais en renforçant la capacité du gouvernement à mettre en place des programmes, on s’assure une efficacité durable. « L’objectif final est que chaque pays contrôle lui-même sa réponse à la fois sur le plan stratégique et, à long terme, sur le plan financier », a-t-il observé.



M. Goosby a également promis de « rationaliser » les onéreuses exigences du PEPFAR envers les bénéficiaires de ses financements, en termes de collecte des données et de suivi. Le coordonnateur n’a en revanche évoqué que très rapidement la question de l’impact éventuel de la crise économique actuelle sur les engagements des Etats-Unis pour la lutte mondiale contre le VIH/SIDA.



« La crise économique a poussé les Etats à s’interroger avec un regard neuf sur ce qu’ils pouvaient ou non se permettre », a-t-il expliqué. « Nous essayons d’optimiser notre capacité à garantir que toutes les personnes étant actuellement sous traitement antirétroviral le restent, et que ceux qui ne le sont pas encore aient accès à ces traitements ».



ks/kn/he/il/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join