Been enjoying our Fixing Aid podcast? We'd love to hear from you!

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Burkina Faso

Lutter contre les taux d’alphabétisation les plus faibles du monde

Pupils in Gangoma school in Sierra Rutile area 250 km from Freetown, capital city of Sierra Leone. February 2008. Sierra Leone has one of the lowest school attendance records in the world, resulting in extreme high illiteracy rate.
(Manoocher Deghati/IRIN)

L’Afrique de l’Ouest affiche les taux d’analphabétisme les plus élevés au monde, qui entravent son développement et privent ses citoyens du pouvoir d’impulser des changements socioéconomiques et politiques, selon les organismes éducatifs, qui appellent les gouvernements et les bailleurs à redoubler d’efforts dans le domaine de l’alphabétisation et de l’éducation.



Soixante-cinq millions d’adultes ouest-africains – soit 40 pour cent de la population adulte - ne savent ni lire, ni écrire, selon une nouvelle étude, intitulée « From closed books to open doors – West Africa's literacy challenge » [Des livres fermés aux portes ouvertes – Le défi de l’alphabétisation en Afrique de l’Ouest].



Sur les 10 pays qui affichent les plus faibles taux d’alphabétisation du monde chez les adultes (15 ans et plus), sept se trouvent en Afrique de l’Ouest : le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée, le Mali, le Niger, le Sénégal et la Sierra Leone, peut-on lire dans le rapport.



« En Afrique de l’Ouest, des dizaines de millions de femmes, d’hommes et de jeunes gens analphabètes vivent enfermés entre quatre murs, privés du niveau de vie, des possibilités d’instruction, et du pouvoir démocratique qui leur reviennent de droit », a déclaré Mahamadou Cheick Diarra, coordinateur de la Plateforme africaine de l’éducation des adultes (Pamoja).



L’étude a été réalisée par le Réseau africain de la campagne pour l’éducation pour tous (ANCEFA), Pamoja, et les organismes à but non-lucratif Oxfam International et ActionAid.



« Les gens [en Afrique de l’Ouest] n’ont accès ni à l’emploi, ni aux possibilités économiques et techniques qui sont les moteurs du développement, selon ce qui a été démontré partout dans le monde », a commenté Caroline Pearce, responsable du plaidoyer pour l’Afrique de l’Ouest chez Oxfam, et auteur du rapport.



Les conséquences



Chaque année d’instruction augmente d’au moins 10 pour cent les revenus potentiels, selon le rapport de suivi publié en 2009 par la coalition pour l’Education pour tous (EPT), menée par les Nations Unies.


Taux d'alphabétisation

 chez les adultes
En pourcentage
Bénin 40
Burkina Faso 26
Cap-Vert 83
Côte d'Ivoire 49
Ghana    64  
Guinée 29
Mali 23
Sénégal 42
Sierra Leone 27
Source: UNESCO/EPT

Au Niger, au Nigeria et au Sénégal, le taux de mortalité des enfants dont la mère a fréquenté l’école secondaire est environ deux fois moins élevé que celui des enfants dont la mère n’est pas instruite, selon l’EPT.



« Il vaut mieux investir dans l’alphabétisation que renflouer les banques ; c’est essentiel pour le développement », a déclaré Gorgui Sow, coordinateur de l’ANCEFA.



Une population instruite manifestera un soutien plus marqué en faveur de la démocratie, peut-on également lire dans le rapport. Selon une étude menée récemment dans 18 pays d’Afrique, le niveau d’instruction est en effet le premier facteur qui détermine le degré de soutien en faveur de la démocratie et le rejet de l’alternative non-démocratique.



« L’instruction ne permet pas seulement de faire carrière ou de changer de statut socioéconomique, c’est aussi un moyen de commencer à comprendre son gouvernement et de lui en demander plus », a déclaré à IRIN Ishmael Beah, activiste partisan de l’éducation et ancien enfant-soldat en Sierra Leone.



Pourtant, dans bien des cas, en Afrique de l’Ouest, les acteurs politiques eux-mêmes ne maîtrisent pas les notions élémentaires de lecture, d’écriture et de calcul, essentielles à la planification, à la collecte de fonds et à la communication d’informations, selon le rapport.



Des progrès



Les pays d’Afrique de l’Ouest ont accompli des progrès, selon Mme Pearce : bien qu’ils affichent aujourd’hui les taux les plus faibles du monde, ces taux sont tout de même plus élevés qu’ils ne l’étaient dans les années 1990.



Certains pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Bénin et le Liberia, ont accordé une place à l’alphabétisation dans leurs plans de développement nationaux ; certains, tels que le Bénin, le Burkina Faso et le Mali, ont adopté des politiques éducatives informelles. Mais les engagements pris, dans le cadre de ces plans, en faveur de l’alphabétisation sont souvent limités en termes de portée, et fragmentés, selon le rapport.



« Ces engagements ne doivent pas seulement être mis par écrit dans [un document] politique, ils doivent également devenir prioritaires et se voir consacrer des budgets adaptés », a estimé Mme Pearce.



Où sont les fonds ?


Faits sur l'éducation
Chaque année d’instruction augmente d’au moins 10 pour cent les revenus potentiels
Au
Niger, au Nigeria et au Sénégal, le taux de mortalité des enfants dont
la mère a fréquenté l’école secondaire est environ deux fois moins
élevé que celui des enfants dont la mère n’est pas instruite
Source: Coalition EPT

L’éducation est souvent le poste le plus important des budgets publics ouest-africains, selon Mme Pearce, mais aucun gouvernement ouest-africain n’atteint la barre des sept pour cent du Produit intérieur brut (PIB), un objectif que les ministres s’étaient engagés à atteindre en 2005. Par rapport au PIB, les dépenses varient entre 1,7 pour cent pour la Guinée et 6,6 pour cent pour le Cap-Vert.



La Campagne mondiale pour l’éducation (CME) a appelé les gouvernements à consacrer 20 pour cent des budgets nationaux à l’éducation, ce qui permettrait de financer les formations d’alphabétisation de 6,5 millions de personnes, si cet engagement est tenu pendant trois ans.



Mais même cela ne suffit pas, à en croire Mme Pearce. « Si le Liberia consacrait l’intégralité du budget de son gouvernement à l’enseignement primaire, cela ne représenterait que 220 dollars par enfant, contre 9 138 dollars, actuellement, aux Etats-Unis », a-t-elle expliqué.



Selon Alice Tiendrébéogo, directrice du Fonds national pour l’alphabétisation et l’éducation non-formelle, au Burkina Faso, le gouvernement ne peut pas faire face à la demande en formations d’alphabétisation.



« Nous ne pouvons répondre qu’à environ 60 pour cent des demandes que nous recevons... Nous prévoyons de porter le taux d’alphabétisation à 60 pour cent d’ici à l’an 2015 ; or, il nous faut pour cela 181 millions de dollars, et depuis notre création, nous n’avons pu réunir qu’un peu plus d’un quart de cette somme ».



L’aide totale à l’éducation accordée à la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) par les bailleurs de l’Organisation de coopération et de développement économiques est passée de 500 millions de dollars, en 2005, à 1,2 milliard de dollars en 2007, mais 60 pour cent de cette somme a été consacrée au Nigeria, au Ghana et au Mali.



« L’aide à l’éducation accordée par les pays riches à l’Afrique de l’Ouest en 2007 ne représentait qu’un pour cent de ce que le gouvernement américain a dépensé rien que pour renflouer les caisses d’AIG [compagnie d’assurance] », a noté Mme Pearce.



Dans le cadre de l’aide à l’éducation, les bailleurs devraient s’intéresser davantage à l’alphabétisation, selon le rapport.



« A moins que nous n’observions un réel changement en faveur d’une augmentation significative [des fonds consacrés à l’alphabétisation], nous allons voir des segments entiers de population privés de possibilités de développement ».



aj/np/nh/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join