1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

La co-épidémie tuberculose/VIH de plus en plus menaçante

A doctor at Basabelo TB Hospital in Maseru, Lesotho, examines a patient with MDR-TB
(Dominic Chavez/WHO)

A l’échelle mondiale, un décès sur quatre dû à la tuberculose est associé au VIH, une proportion deux fois plus importante que les estimations antérieures, d’après un nouveau rapport publié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).



Le rapport sur la lutte contre la tuberculose dans le monde, publié le 24 mars, journée mondiale de lutte contre la tuberculose, mentionne qu’en 2007, l’incidence de la tuberculose chez les personnes séropositives était de 1,37 million de cas, et que le nombre de décès s’élevait à 456 000. Ces chiffres sont près de deux fois supérieurs à ceux figurant dans les rapports précédents.



Cependant, comme l’a souligné l’OMS, cela ne signifie pas que les chiffres ont doublé entre 2006 et 2007 ; ceux-ci reflètent plutôt une « amélioration de la qualité des données nationales, désormais plus représentatives, et disponibles pour un plus grand nombre de pays par rapport aux années précédentes ».



D’après le rapport, les pays africains enregistrent le plus grand nombre de cas de tuberculose associée au VIH, suivis par la région de l’Asie du Sud-Est, tandis que l’Afrique du Sud représente un tiers des cas de co-infection dans la région africaine.



Le dépistage du VIH chez les personnes sous traitement antituberculeux a été sensiblement renforcé, notamment en Afrique : en 2004, quatre pour cent seulement des patients atteints de tuberculose dans la région avaient subi un test de dépistage du VIH. En 2007, ce chiffre a atteint 37 pour cent ; plusieurs pays dépistent plus de 75 pour cent des patients atteints de tuberculose.



Par conséquent, davantage de patients ont bénéficié d’un traitement ; en 2007, 200 000 patients séropositifs souffrant de tuberculose ont reçu un traitement par co-trimoxazole destiné à prévenir les infections opportunistes, et 100 000 étaient sous traitement antirétroviral.



Le rapport indique que la co-infection tuberculose/VIH et les formes pharmaco-résistantes de la tuberculose constituent les principaux défis. En 2007, d’après les estimations, 500 000 personnes présentaient une tuberculose à pharmacorésistance multiple. Pourtant, moins de un pour cent d’entre elles recevaient des traitements conformes aux standards recommandés par l’OMS.



Le manque toujours croissant de financement compte également parmi les sources de préoccupation. Quatre-vingt-quatorze pays, abritant 93 pour cent des cas de tuberculose recensés dans le monde, ont fourni des données financières exhaustives pour la rédaction du rapport ; si ces 94 pays souhaitent atteindre les objectifs du plan mondial de lutte contre la tuberculose élaboré par le partenariat Halte à la tuberculose fixés pour 2009 , le manque de financement se chiffre alors à 1,5 milliard de dollars environ.



Le financement total du plan mondial pourrait permettre de réduire de moitié la prévalence de la tuberculose et la mortalité associée à l’horizon 2015.



kn/he/db/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join