1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Nigéria

Le coût social d'une politique de modernisation menée au détriment des pauvres

[Rwanda] Downtown Kigali.
Kigali se débarrasse des pauvres habitants des bidonvilles pour mettre en oeuvre son projet d'infrastructure et de gestion urbaine (IRIN)

A Kigali, la capitale rwandaise, les nouveaux immeubles sortent de terre comme des champignons. Mais derrière cet étalage de modernité se cache une réalité moins joyeuse : des milliers habitants de quartiers pauvres expulsés de leur maison attendent toujours d’être relogés.

« Après des semaines, des mois et des années, la municipalité n’a toujours pas tenu sa promesse de nous reloger correctement », se plaint Ephraim Kabalisa, un cordonnier de 41 ans qui vit près de Nyabugogo, un marché de Kigali.

Kabalisa vit actuellement dans une nouvelle agglomération du district de Rulindo à une vingtaine de kilomètres de Kigali. Dans chaque agglomération, on compte entre 50 et 70 ménages.

Le gouvernement a mis en place un programme de construction de logement pour tenter de résoudre le grave problème de logement. Les habitants des bidonvilles de Kigali ont été expulsés de leurs maisons, celles-ci ayant été rasées pour laisser place à de nouveaux immeubles, conformément au projet d’infrastructure et de gestion urbaine (PIGU).

Assis aux côtés de Kabalisa, son fils aîné Andrew Kanani le regarde travailler. A 15 ans, Kanani est en cours élémentaire dans une école primaire et compte bien poursuivre ses études. « Non seulement on se fait expulser de notre maison sans nous proposer une alternative et en plus personne ne nous aide à améliorer nos conditions de vie », explique le jeune Kanani.

Une indemnisation insuffisante

Dans un récent article de presse, Bonaventure Bizumuremyi, rédacteur en chef d’un journal indépendant critiquait la mauvaise gestion des fonds et l’absence de suivi dans la construction des nouveaux logements dans les zones rurales, en particulier. Et cette situation a créé des désastres au sein des nombreuses agglomérations notamment chez les personnes expulsées de leurs maisons en ville.

Agnès Nyirahuku, 65 ans, partage cette analyse. Il y a cinq ans elle était encore une petite commerçante quand l’Etat l’a expropriée de sa maison. Certes, elle a été dédommagée, mais pas suffisamment pour pouvoir se construire une autre maison en dehors de la ville. Et pour essayer de trouver une solution au problème des expropriés, les autorités municipales de Kigali leur ont proposé des logements dans les nouvelles agglomérations.

« Il n’y a pas les installations sanitaires ni les pôles de développement qu’ils nous avaient promis, en l’occurrence les écoles, l’électricité, l’eau potable. La misère engendrée par le chômage est trop fréquente et les autorités ne nous aident pas à trouver des solutions », explique Nyirahuku.

Selon le rapport 2002 du gouvernement, 90 pour cent des 8,3 millions d’habitants que compte le Rwanda vivent en milieu rural et depuis le génocide de 1994, un tiers des ménages est dirigé par une femme ou des enfants.

En outre, le Rwanda a une densité de population de 300 habitants au kilomètre carré, ce qui pose un réel problème à la politique du gouvernement en matière de réduction de la pauvreté. Et compte tenu du fait que beaucoup de ménages pauvres vivent en milieu rural, le gouvernement a réalisé plusieurs études pour déterminer le nombre exact de Rwandais concernés par cette situation, la toute dernière étude ayant été menée par le nouvel institut national de la statistique du Rwanda.

« L’objectif principal de ces études est avant tout de renforcer la capacité du gouvernement du Rwanda afin qu’il puisse fonder ses décisions sur des statistiques fiables, dans la coordination de programmes nationaux en faveur des communautés rurales », a explique Louis Munyakazi, le directeur général de l’institut.

Une modernisation menée au détriment des pauvres

La décision de moderniser Kigali a été prise après le génocide rwandais de 1994 au cours duquel 937 000 Tutsis et Hutus modérés ont été tués, selon le gouvernement. Si en théorie la rénovation de la ville est une bonne idée, pour beaucoup de défavorisés, une telle opération ne profitera qu’aux riches, aux nantis et aux technocrates.

Fondée en 1907 par des explorateurs allemands, la ville de Kigali a vu sa population quadrupler entre 1991 et 2002. Aujourd’hui, elle compte 800 000 habitants, selon l’institut national de la statistique.

D’après le recensement effectué en 2004 par ONU-Habitat, la population du Rwanda est estimée à 8,25 millions habitants. Toutefois, compte tenu du fait que beaucoup d’expulsés des quartiers pauvres ont été relogés dans des conditions déplorables, de nouvelles solutions doivent être trouvées car les indemnités versées au titre de l’expropriation ne sont pas suffisantes.

Pour Madame Aissa Kirabo Kakira, maire de la ville de Kigali, il convient de faire un effort financier supplémentaire pour le relogement des habitants de ces bidonvilles.
« Beaucoup de personnes ont été indemnisées, mais elles n’ont pas su gérer correctement l’argent que nous leur avons versé pour racheter leurs anciennes propriétés ».

Un militant de la société civile vivant à Kigali et qui a souhaité gardé l’anonymat, ne partage pas le point de vue du maire.
« La meilleure solution consiste à changer de stratégie plutôt que leur donner de l’argent. En effet, le produit de la vente des propriétés foncières des habitants de ces bidonvilles était censé bénéficier aux personnes expulsées de leur maison ».

Des conditions de logement déplorables

A en croire d’autres sources, bien après la décision de détruire les habitations précaires des quartiers pauvres de Kigali, beaucoup de travailleurs vivent désormais dans des conditions de logement déplorables, sans eau potable, ni électricité, et ne bénéficient plus d’autres infrastructures telles que les centres médicaux et les établissements scolaires.

Gasigwa Mugabo a 32 ans. Démobilisé de l’armée, il travaille actuellement comme chauffeur de taxi à Kigali et a dû accepter d’être relogé dans une des nouvelles agglomérations. Avant de s’installer à quelque 10 kms au nord-est de Kigali, Mugabo – dont le salaire fait vivre sa femme, sans emploi, et leurs trois enfants – a été contraint de vendre la parcelle de terrain qu’il avait à Gasabo, un quartier de la capitale.

« Nous pensions que les conditions de vie allaient s’améliorer, mais la situation est devenue plus difficile », explique Mugabo. « Je dépense près de la moitié de mon salaire mensuel, qui est 100 dollars maximum, dans les transports lorsque je me rends de la maison à mon lieu de travail ».

Pour Rosalie Uwamwiza, vendeuse de fruits et légumes, cette modernisation effrénée à d’autres conséquences. « On assiste à une recrudescence des vols, de la prostitution et des agressions. Nos craintes n’ont jamais été prises en considération par les autorités municipales ».


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join