1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Les opérations de sauvetage à la suite d’un naufrage ont débuté ce week-end

La distribution de l'assistance humanitaire aux rescapés et aux familles des victimes du naufrage de l'embarcation H/B Dieu merci sur lac Mai-Ndombe, mardi dernier, a débuté ce week-end. Le lac est situé dans la province du Bandundu, à 50 km de Inongo dans l'ouest de la République démocratique du Congo. Les secours effectuent, par ailleurs, depuis samedi des opérations de repêchage des corps, coincés sous les décombres du bateau. Ils ont néanmoins été contraints de suspendre leurs activités en raison du mauvais temps et de l'heure tardive.

Le naufrage s'était produit mardi dernier sur le lac Mai-Ndombe, à 400 m des rivages. Une baleinière et une petite pirogue étaient entrées en collision en raison du mauvais temps.

"Ce lundi matin on a décompté 116 corps," a déclaré le docteur Didier Bampanguo de Médecins Sans Frontières (MSF/Belgique) à Inongo.

Près de 70 victimes sont encore portées disparues. Des pêcheurs ont toutefois affirmé, après avoir plongé, avoir trouvé des corps coincés dans les décombres de la baleinière.

MSF/Belgique a, pour sa part, fait venir de sa base de Mbandaka, dans la province voisine de l'Equateur, des filets appropriés et des cables de gros calibres pour procéder aux opérations de sauvetage.

Plusieurs agences humanitaires comme le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) et le Fonds de Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) ont prêté leur assistance en fournissant entre autres, médicaments, habits et nourriture. La mission des Nations Unies en RDC, la MONUC, a mis à disposition un hélicoptère pour repérer des corps qui continuent de remonter à la surface.

Le gouvernement d'union nationale avait dépêché vendredi dernier une délégation conduite par Azarias Ruberwa, un des quatre vice-présidents de la République. Ce dernier a remis au comité de crise un montant de 52.000 dollars américains.

"Ce montant est destiné aux différentes interventions pour les familles des victimes et aux survivants," a indiqué à IRIN Catherine Nzuzi Wa Mbombo, la ministre de la solidarité et des affaires humanitaires.

Le nombre de survivants, le week-end dernier, se chiffrait à 253 personnes. Ils ont tous été transférés à l'hôpital local de la Croix Rouge.

Le gouvernement a encore débloqué 5.000 dollars US pour permettre le rapatriement des victimes venues de Kinshasa, la capitale, et des environs.

Dans le cadre de l'enquête menée sur cet accident, le gouvernement de Kinshasa a suspendu les autorités administratives locales alors que le pilote, l'armateur et les responsables chargés du contrôle de la navigation ont été placés en garde-à-vue. Ils font actuellement l'objet d'auditions.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join