The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

La pandémie du Sida s'amplifie

Le Sida se propage rapidement en Guinée, où 2,8 pour cent de la population est infectée par le virus VIH, selon une nouvelle recherche qui vient juste d'être publiée par les autorités.

Les statistiques publiées dans la gazette officielle à la suite de la recherche conduite par STAT-VIEWS, une organisation non gouvernementale, révèlent que 139 000 sur les 7,5 millions d'habitants de la Guinée sont porteurs du virus VIH, et qu'au cours des dix-huit derniers mois, 20 000 sont morts des suites de maladies associées au Sida.

Selon les prévisions de l'étude, le nombre des personnes infectées par le VIH va doubler et atteindra 282 000 en 2010. Elle a indiqué que le nombre des décès liés au Sida grimpera à
119 000 pendant la même période.

Les travailleurs du sexe ont été identifiés comme les principaux porteurs du virus VIH. Ils constituent 42 pour cent de la population infectée.

Les autres secteurs affichant un taux d'infection supérieur à la moyenne sont notamment les chauffeurs d'autobus et de camions, qui représentent sept pour cent de l'ensemble des porteurs du VIH en Guinée, les mineurs, avec sept pour cent également, et les soldats, qui constituent six pour cent.

Le rapport indique que les principaux facteurs de propagation du virus VIH sont les rapports sexuels sans protection, la promiscuité, l'exode de la campagne vers la ville, la pauvreté, et le remariage des veuves dont les époux sont morts du Sida.

Les taux d'infection sont plus élevés dans la capitale, Conakry, où il est estimé que cinq pour cent de la population serait séropositive. Ils sont également supérieurs à la moyenne en Guinée Forestière, à l'Est de la Guinée, où sont situés les principales mines de diamants et les camps mis en place pour les réfugiés ivoiriens et libériens. Dans cette région, 3,5 pour cent de la population serait porteuse du virus mortel.

L'étude précise que jusqu'à présent, environ 14 000 enfants sont devenus orphelins à cause du Sida, mais que ce chiffre pourrait atteindre 99 000 en 2010.

Le Dr Thierno Sulaiman Diallo, chef du département d'évaluation du Sida au ministère de la Santé, a informé que 22 millions de dollars ont été mis à disposition pour la lutte contre le Sida. Il s'agit en particulier d'un prêt bonifié de 20 millions de dollars de la Banque mondiale.

M. Diallo a informé que la somme était dépensée au profit de deux projets quinquennaux. Le premier vise à étendre la lutte contre le Sida à travers tout le pays. L'autre a pour objectif de sensibiliser des secteurs clé de la population à la maladie du Sida, notamment les jeunes, les conducteurs de véhicules commerciaux et les mineurs.

D'après le Dr André Loua, directeur du centre de transfusion sanguine à l'hôpital Donka de Conakry, le nombre des donneurs de sang a fortement diminué au cours des derniers mois car les gens sont devenus plus réticents à faire un test du Sida avant une prise de sang.

"Nous avions 500 donneurs de sang, mais maintenant nous recevons moins de dix personnes par jour ", a-t-il noté dans une récente interview à la radio.

M. Loua a signalé que la majorité des donneurs de sang ayant cessé de le faire étaient des étudiants.

Plusieurs étudiants interrogés par IRIN ont confié que ce n'était pas tant la peur d'être diagnostiqués séropositifs qui les retient de donner leur sang mais plutôt le fait qu'il n'aient rien reçu en retour.

"Nous n'avons jamais perçu d'indemnisation en espèces pour le sang dont nous avons fait don ", a souligné une jeune étudiante universitaire.

Or un responsable auprès du ministère de la Santé a indiqué à IRIN que sur les 136 étudiants qui se sont récemment portés volontaires pour donner du sang, dix pour cent se sont avérés séropositifs.

"Il s'agit d'un problème sérieux et en progression rapide ", a-t-il constaté.

Entre-temps, le gouvernement négocie avec des compagnies pharmaceutiques pour faire baisser le coût des remèdes anti-rétroviraux des patients du Sida.

En 2001, le coût d'un traitement complet revenait à environ 466 dollars par mois par personne, mais un récent accord avec des sociétés pharmaceutiques l'a réduit à 103 dollars.

"Nous espérons le réduire à moins de 52 dollars mensuels par personne avant la fin de l'année ", a déclaré à IRIN un responsable sanitaire.

Cette somme reste toutefois bien au-dessus des moyens de la majorité des Guinéens. D'après la Banque mondiale, le pays avait un revenu de 410 dollars par tête en 2001.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join