1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Niger

La Chambre des représentants divulgue les raisons de la menace de mise en examen d'Obasanjo

[Nigeria] Nigerian President Olusegun Obasanjo at the UNCC for his keynote speech.
President Olusegun Obasanjo's term in office ends in 2007 (IRIN)

La Chambre des représentants du Nigeria a publié ce jeudi une liste de 17 accusations qui forme, selon elle, la base de la décision de mettre en examen le président Olusegun Obasanjo.

La plupart des accusations d'atteinte à la constitution, divulguées lors d'une conférence de presse de Farouk Lawan, président du comité d'Information de la Chambre, tournent autour de l'absence de mise en oeuvre des budgets durant les trois années écoulées, comme contenu dans les lois d'appropriation.

La Chambre des représentants a également fait savoir qu'elle demandera des comptes à M. Obasanjo pour les opérations militaires internes qu'il a autorisées en 1999 à Odi, une région pétrolière du sud du pays, et en 2001 à Zaki Biam, dans le centre du Nigeria, à l'issue desquelles des centaines de civils ont été tuées par des soldats en furie.

M. Obasanjo n'a pas cherché à recueillir le consentement de la législature avant ces opérations militaires, comme cela est requis par la constitution, a précisé la Chambre.

Les parlementaires représentant le Parti populaire démocratique (PDP) au pouvoir, qui dispose d'une majorité confortable dans les deux chambres du parlement, ont déclaré avoir transmis à la direction du parti les détails des brèches à la constitution, et que la procédure de mise en examen débutera s'ils ne reçoivent pas de réponse dans les dix prochains jours.

La Chambre des représentants avait passé le 13 août dernier une motion demandant à M. Obasanjo de démissionner dans les 14 jours à venir ou d'être mis en examen.

Au terme de l'ultimatum, le sénat contrôlé par le PDP a apporté son soutien à la chambre basse du parlement, ce qui a aggravé une crise qui a divisé le parti au pouvoir et suscite des craintes quant à la survie de la démocratie au Nigeria.

Le ministre de l'Information Jerry Gana a déclaré à la presse jeudi que M. Obasanjo est prêt à « apporter une réponse entière et exhaustive contre les accusations ».



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join