1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. Yémen

Plus de 1,3 million d’enfants travaillent au Yémen

Yasmine Hajiri and her sister sell tissues to passing drivers at an intersection in downtown Sana'a on February 15, 2012. Hajiri's family took her and her sisters out of school so that they could help generate income by selling tissue after the family sto
(Lindsay Mackenzie/IRIN)

Les résultats de la toute première enquête nationale sur le travail des enfants au Yémen indiquent qu’il y a plus de 1,3 million d’enfants travailleurs, environ 17 pour cent du nombre total d’enfants.

Selon les estimations, il y aurait 469 000 enfants travailleurs âgés de 5 à 11 ans, principalement des filles. Les auteurs de l’enquête parlent d’« une forte baisse du taux de fréquentation scolaire lorsque l’enfant travaille ».

D’après l’enquête, le terme d’enfants travailleurs désigne tous les employés de moins de 14 ans et tous ceux âgés de 14 à 17 ans qui travaillent plus de 30 heures par semaine, ainsi que ceux qui prennent part à des activités économiques ou à des métiers considérés comme dangereux.

« Travailler à un si jeune âge risque de priver les enfants de leur potentiel, de leur dignité et de leur enfance. Cela peut également être dangereux pour leur développement physique et mental », a déclaré à IRIN Frank Hagemann, directeur régional adjoint de l’Organisation internationale du travail (OIT) pour les États arabes. L’Organisation centrale des statistiques rattachée au gouvernement, qui a mené l’enquête en 2010, a reçu le soutien de l’OIT, du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et du Fonds de développement social. L’OIT a publié un rapport cette semaine qui s’appuie sur ses résultats.

La pauvreté ressort comme la cause principale du travail des enfants, de même que le manque de perspectives d’emploi pour les diplômés et le nombre important et croissant de jeunes ; 42,5 pour cent de la population a moins de 15 ans.

jj/cb-fc/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join