1. Accueil
  2. Monde

Les Etats-Unis lèvent l'interdiction de séjour des personnes séropositives

L’annonce de la décision du Sénat américain d’abroger la loi interdisant l’entrée sur le territoire aux visiteurs et immigrants vivant avec le VIH a été largement saluée comme une étape importante dans la lutte contre la stigmatisation et la discrimination.

Le 16 juillet, le Sénat a adopté la reconduction du Plan d’urgence du président George Bush contre le sida (PEPFAR), qui a également amendé la Loi sur l’immigration pour lever l’interdiction de voyage et d’immigration des non-résidents séropositifs.

La législation adoptée par le Sénat entérine le déblocage de 48 milliards de dollars sur cinq ans pour financer la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

L’Envoyée spéciale des Nations Unies sur le sida, Elizabeth Mataka, a salué cette décision, soulignant que cette dernière avait mis du temps à venir.

« Je pense que les pays devraient voir le VIH et le sida comme une épidémie qui ne connaît aucune frontière d’aucune sorte », a-t-elle dit à IRIN/PlusNews. « Les pays devraient reconnaître que le monde est devenu un village global, et qu’empêcher les personnes séropositives [de voyager] est contre-productif ».

Le Programme commun des Nations Unies sur le sida, ONUSIDA, a décrit la décision du Sénat comme une « étape majeure de la poursuite de ses engagements dans la réponse mondiale au sida ».

La décision du Sénat apparaît comme un vote de confiance, prouvant que les investissements passés et actuels dans des programmes bilatéraux et multilatéraux fonctionnent.

Dans un communiqué, l’International AIDS society (IAS), organisatrice de la Conférence internationale sur le sida qui se déroule tous les deux ans, a applaudi le vote du Sénat, mais a appelé d’autres pays « avec des politiques discriminatoires et des lois restreignant l’entrée, le séjour et la résidence des personnes vivant avec le VIH à suivre le mouvement ».

Dans le monde, 67 pays sont toujours dotés de lois diverses liées au VIH, qui imposent des restrictions sur l’entrée, le séjour ou la résidence des personnes séropositives, selon une base de données mondiales sur les restrictions de voyage liées au VIH, élaborée par l’IAS et ses partenaires.

Selon Mme Mataka, les pays possédant des politiques d’immigration discriminatoires nient aux personnes vivant avec le virus leurs droits humains les plus élémentaires. « Il faut envisager le sida d’un point de vue des droits humains, et en conservant ces lois, nous violons le droit des gens à [la liberté de] mouvement », a-t-elle estimé.

L’IAS, une association de professionnels du VIH qui compte plus de 11 000 membres dans le monde, dénonçait le « barrage lié au VIH pour l’entrée aux Etats-Unis » depuis 1990, et n’organise pas ses conférences biennales dans les pays qui restreignent l’entrée aux personnes vivant avec le VIH/SIDA.

« Nous sommes impatients de voir cette disposition transformée en loi, au moment où le mouvement mondial pour réduire le fardeau du VIH progresse », a dit Pedro Cahn, le président de l’IAS.

[IRIN/PlusNews produira des reportages quotidiens sur la XVII Conférence internationale sur le sida, organisée par l’IAS début août au Mexique]

kn/he/oa/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join