1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Namibie

Amélioration du statut des réfugiés

Des milliers de réfugiés du camp d’Osire, en Namibie, se verront bientôt remettre des cartes d’identité dans le cadre la campagne mondiale que mène le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour renforcer la protection de ses allocataires.

Les inscriptions ont démarré la semaine dernière à Osire, une localité située à quelque 300 kilomètres au nord-est de Windhoek, la capitale. Le camp d Osire abrite quelque 6 500 réfugiés dont la majeure partie est originaire d’Angola. La Namibie est le premier pays de la région à mettre en œuvre ce processus d’identification.

« Les réfugiés présentent parfois des pièces d’identité qui ne sont pas en règle. Ce sont souvent des bouts de documents qui n’ont rien d’officiel et qui ne sont pas reconnus par les autorités namibiennes », a indiqué Jack Redden, le porte-parole régional du HCR, en expliquant l’objectif de la campagne mondiale. « Ces nouvelles cartes leur donneront un réel statut ».

Le gouvernement de Namibie délivrera des cartes d’identité identiques à celles de ses ressortissants. Etant donné que ce sont les gouvernements de ces réfugiés qui financent ces nouvelles cartes, le degré de sophistication des documents dépendra des moyens financiers dont disposent les Etats concernés, a expliqué M. Redden.

Une carte d’identité « sera délivrée à chaque réfugié ayant au moins six ans », a ajouté Andrew Hopkins, responsable du HCR chargé de l’inscription des réfugiés pour l’Afrique australe. « Nous allons prendre les empreintes digitales de toutes les personnes de plus de seize ans », a-t-il précisé.

Les nouvelles cartes d’identité permettront également aux réfugiés et demandeurs d’asile de toucher les virements bancaires effectués par leurs parents depuis l’étranger, a ajouté M. Hopkins. « Certains réfugiés poursuivent des études à Windhoek et l’obtention d’une carte d’identité leur permettra de s’inscrire plus facilement dans des instituts et universités ».

Isabelle Somp, réfugiée de la RDC et vice-présidente du comité des réfugiés d’Osire s’est dite ravie de la nouvelle. « Les cartes d’identité nous donneront un statut différent de celui de nos maris et nos enfants auront aussi la leur », a-t-elle confié au correspondant d’IRIN.

Selon les responsables du camp, sur les quelque 6 500 réfugiés et demandeurs d’asile hébergés à Osire, 5000 viennent d’Angola, 1 500 de la RDC, 500 du Rwanda et près de 200 du Burundi.

« La procédure d’inscription vise à collecter et à contrôler les informations relatives à tous les réfugiés et demandeurs d’asile », a déclaré la ministre de l’Intérieur, Rosalia Nghidinwa, lors du lancement de la campagne à Osire. « L’inscription est volontaire, mais nous exhortons tous les réfugiés à s’inscrire ».

Une base de données mise à jour et contenant la liste de tous les réfugiés permettra au gouvernement namibien et aux agences humanitaires de mieux budgétiser et planifier l’aide aux allocataires, a fait remarquer M. Nghidinwa.

« Vos cartes d’identité et nouveaux documents vous assurent une protection et vous évitent d’être confondus avec les immigrants clandestins. En outre, ils permettent d’obtenir une aide, dès que vous en avez besoin, et de retrouver des personnes portées disparues ou de réunifier des familles séparées », a ajouté M. Nghidinwa.

Selon Joyce Mends-Cole, la représentante du HCR en Namibie, les cartes d’identité seront prêtes d’ici juin. « La journée mondiale du réfugié est célébrée le 20 juin et nous espérons pourvoir distribuer ces cartes aux réfugiés avant cette date ».


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join