1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Côte d’Ivoire

Une épidémie de méningite a été signalée dans le nord de la Côte d’Ivoire où les infrastructures sanitaires se sont dégradées après plus de quatre années d’un conflit qui a coupé le pays en deux.

Depuis le 5 février dernier, trente-six cas de méningite, dont six mortels, ont été déclarés au centre hospitalier régional (CHR) de Bouaké, a expliqué le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

« Nous confirmons qu’il y a des cas de méningite au CHR de Bouaké », a indiqué un fonctionnaire du bureau ivoirien de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui a requis l’anonymat. « Aussi, en partenariat avec le ministère ivoirien de la Santé, nous poursuivons les investigations dans les autres structures sanitaires de la ville de Bouaké pour déterminer d’éventuels cas ».

Selon le ministère de la Santé, une campagne de vaccination est en cours de préparation. Elle ciblera la région des Savanes et quelques districts de la région de Bouaké, à 350 kilomètres au nord d’Abidjan, la capitale commerciale.

Bien que la Côte d'Ivoire soit coupée en deux, suite à la brève guerre civile de 2002, et que les ex-rebelles occupent la moitié nord du pays et les forces gouvernementales le sud du pays, le ministère de la Santé travaille librement avec l’OMS à Bouaké, le fief de la rébellion.

La méningite bactérienne est une infection du liquide céphalo-rachidien et des membranes enveloppant le cerveau et de la moelle épinière. Le traitement repose sur l’administration d’antibiotiques le plus rapidement possible. Les patients qui s’en sortent généralement peuvent présenter de graves séquelles telles que la perte de l’ouïe, des lésions au cerveau ou une hémiplégie.

A la mi-janvier, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) avait révélé les premiers cas de méningite dans l’extrême nord et nord-est du pays, dans les régions de Boundiali et d’Odienné. Sept cas avaient été signalés dont un mortel. L’UNICEF avait alors recommandé de lancer une vaste campagne de vaccination des populations de la région nord.

Les vaccins contre la méningite disponibles actuellement ne sont pas très efficaces sur les enfants de moins de deux ans. En effet, les enfants sont les plus exposées à la maladie. Elle se propage plus rapidement pendant la saison sèche, lorsque le vent souffle et que les températures sont fraîches, une période où les populations sont plus sujettes au rhume et à la fièvre.

La saison sèche dure 6 mois, de janvier à juin. La Côte d’Ivoire se trouve dans la ceinture de la méningite qui part du Sénégal, à l’Ouest, à l’Ethiopie, à l’Est.

Quatre-vingt trois cas de méningite, dont 20 mortels, ont été rapportés en 2006 en Côte d’Ivoire.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join