1. Accueil
  2. Amériques
  3. Haïti

Après le séisme, le déluge

Flooding in Les Cayes in Haiti's South department, February 2010
Inondations aux Cayes, dans le sud d’Haïti (Christian Aid)

Treize morts. Des maisons submergées. Des champs et des plantations de bananes inondés. Des animaux noyés. Des routes impraticables. Le traumatisme tout frais des milliers de personnes déplacées par le séisme. Autant de malheurs qui s’abattent aujourd’hui sur les habitants des Cayes, une ville de la côte sud d’Haïti, suite à un déluge non saisonnier. Et la saison des ouragans n’est pas loin.



Le 2 mars, des camions transportant 4 030 repas ont quitté Port-au-Prince pour assurer une distribution dans la ville des Cayes et ses environs. Une aide alimentaire a également été envoyée dans la région de Nippes, au nord des Cayes, qui a subi de graves inondations.



Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, en collaboration avec les autorités locales et des ONG (organisations non gouvernementales), prévoit de fournir des rations de 10 jours aux habitants affectés, dont environ 3 000 ont été évacués de leurs logements.



« Le mauvais état des égouts a provoqué des inondations dans tous les [districts] de la ville », a dit Jean-Yves Placide, président de la Société nationale de la Croix-Rouge haïtienne dans la région.



« A certains endroits, les eaux sont montées jusqu’au plafond dans les maisons », a-t-il dit. « La situation va devenir vraiment inquiétante s’il continue de pleuvoir. Le soleil est réapparu maintenant, mais les nuages de tempête vont et viennent ».












Floods and Mudslides (as of 1 Mar 2010) - Location Map

ReliefWeb
Floods and Mudslides (as of 1 Mar 2010) - Location Map
http://www.reliefweb.int/rw/rwb.nsf/db900sid/AHAA-835W2X?OpenDocument&rc=2&cc=hti
Mercredi, mars 3, 2010
Après le séisme, le déluge
Floods and Mudslides (as of 1 Mar 2010) - Location Map


Photo: ReliefWeb
Un déluge de pluies s'est abattu sur le sud d'Haïti

« Les gens ont l’habitude de faire face aux inondations, mais pas aussi tôt [dans l’année] », a dit un travailleur humanitaire à IRIN, aux Cayes.



Dans le district de Solon, de la ville des Cayes, une mère de deux enfants a dit à IRIN que sa famille avait tout perdu dans les inondations. « Tout ce que nous possédions a été détruit – nos lits, nos vêtements, tout ».



Les pluies ont frappé la région les 27 et 28 février. Le 2 mars, de nombreuses maisons étaient encore remplies d’eau, a dit le travailleur humanitaire à IRIN.



« Beaucoup, beaucoup de gens nous ont dit qu’ils avaient perdu leurs récoltes [dont des bananiers et des cannes à sucre] et leurs animaux », a-t-il dit.



Des ONG locales qui travaillent avec Christian Aid évaluent actuellement les dégâts sur le plan agricole, a dit à IRIN Prospery Raymond, responsable de l’association humanitaire à Haïti.



D’après le département haïtien de la Protection civile, l’agriculture a été « fortement affectée ».



La saison des pluies à proprement parler commence en général au début du mois d’avril, pour culminer en mai.



D’après Iain Logan, directeur des opérations de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) à Port-au-Prince, Haïti est mal équipé pour faire face à ces phénomènes.



« Les inondations précoces aux Cayes rappellent impitoyablement que les efforts très importants de préparation que nous avions démarrés après les ouragans de 2008 devront être étendus et adaptés », a-t-il dit dans un communiqué de la FICR.



« Nous sommes confrontés à une conjonction presque unique de circonstances née de la succession rapide d’un tremblement de terre catastrophique, d’une saison des pluies et d’une saison des ouragans », a-t-il ajouté.



np/am/mw/il/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join