1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

De meilleurs soins d’urgence pour les victimes de viols – MSF

[DRC] A 13-year-old girl, raped by armed men, waits for treatment in a health clinic in Goma, eastern Democratic Republic of Congo, August 2006. During five years of armed conflict in the DRC, tens of thousands of women and girls have suffered crimes of s
Une fillette de 13 ans, violée par des individus armés, attend d’être soignée dans un centre de santé de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, en août 2006 (Tiggy Ridley/IRIN)

Les personnes qui ont le plus souffert de violence sexuelle dans les pays confrontés à des crises humanitaires ont besoin d’un meilleur accès à des services de soins complets et confidentiels que ce qui est actuellement disponible, plaide un nouveau rapport de l’organisation médicale internationale Médecins sans frontières (MSF).



« Nous avons découvert que les soins d’urgence spécifiques dont ont besoin les victimes de viol sont souvent très rares, voire complètement inexistants, dans les pays où nous opérons », a dit Thilde Knudsen, conseillère en matière de santé sexuelle et génésique à MSF. « Les dégâts ne peuvent pas être totalement réparés ; des [séquelles] psychologiques resteront probablement à vie ».



Dans le rapport, Shattered lives ("Vies brisées"), publié le 5 mars en vue de la Journée internationale de la femme le 8 mars, MSF a mis en lumière son expérience de la violence sexuelle au Burundi, Colombie, République démocratique du Congo, Liberia et Afrique du Sud.



MSF a recensé, parmi les soins complets requis pour venir en aide aux victimes de violence sexuelle, l’assistance (conseil), la prophylaxie post-exposition pour prévenir l’infection au VIH, la vaccination anti-tétanos pour les personnes blessées physiquement et la contraception d’urgence.



« Avec une offre de soins appropriée –délivrée dans les temps - combinée à une aide psychologique et à un soutien social et juridique, les dégâts peuvent être limités et on peut aider la victime à survivre », a souligné Mme Knudsen.



De larges campagnes de sensibilisation sont nécessaires pour briser les tabous sociaux et encourager les survivants de violence sexuelle – y compris les hommes, qui, souvent, ne se font pas connaître et ne sont pas soignés – à se signaler, a dit MSF.



« Nos équipes entendent des histoires douloureuses d’abus horribles tous les jours », a dit Meinie Nicolai, directrice des opérations de MSF, Belgique. « Rien ne peut excuser la violence sexuelle, quelque soit l’ampleur de ces violations dans certains des [pays] où nous travaillons ».



kr/oa/he/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join