1. Accueil
  2. Middle East and North Africa
  3. Yemen

Des arbustes envahissants accusés d'aggraver les inondations

Experts say that Prosopis juliflora, commonly known as Mesquite, is responsible for exacerbating the late October floods in Yemen by blocking watercourses and diverting floodwater into villages Saeed al-Batati/IRIN
Dans le gouvernorat de l’Hadramaout, situé dans le sud du Yémen, agronomes, fonctionnaires du gouvernement et communautés locales exhortent le gouvernement à prendre des mesures pour lutter contre un arbuste à feuilles persistantes et à croissance rapide qui obstrue les cours d’eau, et entraîne parfois des conséquences dévastatrices.

Selon ces derniers, l’arbuste est à l’origine de l’aggravation des inondations qu’a connu le pays la fin du mois d’octobre. En effet, celui-ci a bloqué les cours d’eau et détourné les eaux en crue dans les villages qui, autrement, auraient été épargnés. Au minimum 90 personnes ont péri dans les inondations, tandis que 20 000 à 25 000 habitants ont été délogés.

Salem al-Khanbishi, gouverneur de l’Hadramaout, a expliqué à IRIN que l’arbuste devait être éradiqué. « Nous devons trouver une solution rapide au problème des arbustes ; ils sont l’une des causes du désastre qu’a récemment subi le gouvernorat. Les ONG et le gouvernement doivent travailler de concert pour les déplanter », a-t-il ajouté.

Prosopis juliflora, un arbuste originaire des Amériques mieux connu sous le nom de prosopsis, supporte des conditions rigoureuses, arides et salines. Il a été introduit il y a plusieurs dizaines d’années pour lutter contre la désertification et stabiliser les dunes de sable, et s’est propagé dans les zones arables de l’Hadramaout.

À Wadi Hajar, vallée fluviale sablonneuse où les cours d’eau permanents s’écoulent dans le Golfe d’Aden, à l’ouest de Mukalla, l’ensemble du système de cours d’eau et les zones environnantes sablonneuses ont pu être stabilisés grâce à la plantation de l’arbuste, affirment les experts.

Cependant, l’arbuste a récemment colonisé de nombreux hectares non cultivés dans les régions côtières et désertiques orientales du Yémen, par l’intermédiaire des animaux, responsables de sa propagation, les graines étant principalement disséminées dans leurs excréments.

D’après les agronomes, sans une gestion adéquate, l’arbuste peut former des bosquets denses et infranchissables, tout particulièrement dans les zones où la terre a été dégradée ou surpâturée. Il envahit également les champs cultivés et les fermes irriguées.

L’eau détournée

Les habitant de l’Hadramaout estiment que les bosquets formés par l’arbuste ont bloqué puis modifié les voies des cours d’eau pendant l’inondation du mois d’octobre, entraînant des effets dévastateurs.

À Thuba, un village situé à 25 km à l’est de Seyoun durement touché par les inondations, les habitants ont affirmé que leur village aurait été épargné si le cours d’eau situé à proximité n’avait pas été envahi par le prosopsis. Des milliers d’arbustes ont fait obstacle aux eaux en crue, et les ont détournées dans leur village.

« Nous réclamons depuis 2002 l’adoption de mesures immédiates pour lutter contre ces arbustes, depuis que les précédentes inondations ont détruit de nombreuses habitations. Pourtant, nos revendications sont restées lettre morte. Si le gouvernement ne prend aucune mesure pour mettre un terme à la propagation de ces arbustes, des catastrophes similaires se reproduiront dans le futur », a expliqué à IRIN Nasser al-Tamimi, un habitant de Thuba.

Pour les agriculteurs, l’arbuste est le diable personnifié : les plants touffus ont envahi la terre, formant des bosquets denses et impénétrables, et rendant des milliers d’hectares impropres à l’agriculture.

Ahmed Bataher, agronome au sein de l’Agricultural Research Station du gouvernement yéménite, a expliqué à IRIN que la menace posée par l’arbuste résidait dans sa capacité à résister au climat aride et rigoureux de l’Hadramaout. « Aujourd’hui, des milliers d’arbustes se propagent le long de la vaste vallée ; il faudra des années pour l’éradiquer dans l’Hadramaout. Nous pourrons profiter du savoir-faire des pays d’Amérique [centrale et du sud] pour éradiquer l’arbuste le plus efficacement possible », a-t-il indiqué.

L’arbuste sert de combustible domestique aux communautés rurales et aux populations urbaines défavorisées de l’Hadramaout. Les bergers l’utilisent également comme complément de fourrage pour leurs troupeaux.

M. Bataher préconise une gestion de la propagation de l’arbuste : « nombreuses sont les personnes qui dépendent des arbres pour le bois. Nous devons uniquement déplanter les arbres qui ont envahi les vallées fluviales. »

sab/ar/cb/db/ail
Partager cet article

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join