The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Kenya

Indignation suite à une suggestion d'isolement des personnes séropositives

A film about the stigma faced by HIV+ people in the Kunene province, in Angola, will be released in March 2008.
(Mercedes Sayagues/PlusNews)

Des militants de la lutte contre le SIDA exigent des excuses publiques de la part d’une ministre kényane qui a récemment suggéré que l’isolement des personnes séropositives pourrait être la solution à la pandémie.



« À Cuba, quand le président [Fidel] Castro était encore très puissant, tous ceux qui étaient été diagnostiqués séropositifs étaient enfermés quelque part. Et une fois dedans on ne pouvait plus en sortir », a dit Esther Murugi, ministre des Programmes spéciaux, lors d’une réunion avec des députés au sujet du VIH/SIDA le 28 janvier dernier. « Je ne sais pas si nous devons être aussi drastiques, mais je pense parfois que nous devrions isoler les personnes malades ».



Le Conseil national kényan de contrôle du SIDA relève du ministère des Programmes spéciaux.



D’après Nelson Otwoma, coordonnateur du Réseau national kényan des personnes infectées au VIH/SIDA, la ministre a tenu des propos totalement irresponsables. « Je me demande ce qui a pu lui passer par la tête. En plus de violer les droits de l’homme, une telle proposition, même si elle n’est pas adoptée, crée des stigmates » a-t-il dit à IRIN/PlusNews.



« Nous ne nous sommes pas encore débarrassés complètement des stigmates [associés au VIH]... L’expression de tels sentiments par une personne de son importance pourrait donner à ceux qui ont des vues similaires et attendaient simplement l’occasion de le faire l’idée de diaboliser les personnes séropositives », a-t-il ajouté.



Jacqueline Sewe, membre de Women Fighting AIDS in Kenya (WOFAK), une organisation non gouvernementale (ONG) locale, a appelé la ministre à présenter publiquement ses excuses aux personnes vivant avec le VIH ou à démissionner. « Le VIH n’est pas une maladie contagieuse et il est affligeant d’entendre une ministre dire qu’on devrait enfermer des personnes à cause de leur statut sérologique », a-t-elle dit. « C’est inhumain. Elle doit présenter publiquement des excuses ou démissionner ».



« Propos déplacés »



Dans une déclaration, le Gender Violence Survivors Network a condamné les propos de la ministre, qu’il a qualifiés d’ « insensibles et de non civilisés ».







« Je me demande ce qui a pu lui passer par la tête. En plus de violer les droits de l’homme, une telle proposition, même si elle n’est pas adoptée, crée des stigmates »



« L’isolement des personnes infectées au VIH/SIDA ne permettra pas de résoudre le problème, mais risque plutôt de promouvoir et d’alimenter les stigmates et les discriminations déjà associés au VIH/SIDA », indiquait la déclaration. « Par crainte d’être rejetées, isolées, battues ou abandonnées par un partenaire, les personnes séropositives hésitent souvent à révéler leur statut sérologique. Cela peut donner lieu à de nouvelles infections au sein des couples ».



Dans un message adressé à IRIN/PlusNews, la ministre a précisé qu’elle ne défendait pas l’idée de l’isolement et qu’elle avait simplement mentionné cette possibilité. « Je ne pense pas avoir dit qu’il fallait isoler ces personnes. J’ai simplement donné des exemples de ce qui se faisait ailleurs et je me suis demandé si nous pourrions obtenir des résultats en répétant l’expérience ici ».



En 2010, Mme Murugi a été au centre d’une autre controverse liée au VIH. À cette occasion toutefois, ses commentaires en faveur d’une plus grande tolérance envers les hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes (MSM) lui avaient attiré les éloges des militants de la lutte contre le SIDA.



Sans pour autant justifier l’homosexualité, la ministre a de nouveau appelé les Kényans, lors de la réunion du 28 janvier, à accepter la réalité de l’existence des MSM afin de lutter contre la transmission du VIH au sein de ce groupe à risque.



Si les stigmates associés au VIH ont fortement diminué au fil des années, les changements ont été lents. Une étude réalisée en 2010 par ActionAid International et WOFAK a révélé que la majorité des répondants de trois districts kényans considéraient que les personnes infectées au VIH méritaient leur statut sérologique et avaient été punis pour leur conduite moralement inacceptable.



ko/kr/cb- gd/amz

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join