1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Éthiopie

Des créations en préservatifs ornent le podium

A model wearing an outfit made entirely from condoms during a condom fashion show in Addis Ababa, Ethiopia
(DKT )

Les fantaisies de la mode se sont télescopées avec les réalités les plus dures de la vie lorsque, durant un récent défilé de mode dans la capitale éthiopienne, Addis Abeba, les préservatifs constituaient la matière principale sur le podium.



Lors du défilé de mode des vêtements en préservatifs – qui s’est tenu en janvier et qui était organisé par le groupe de marketing social DKT avec le Zalef Fine Art and Fashion Design Institute – 10 robes spectaculaires, réalisées entièrement à partir de 10 000 préservatifs masculins et féminins de toutes les couleurs, formes et tailles, étaient sous les feux de la rampe.



« En Ethiopie, les préservatifs ont une mauvaise image ; les gens ont peur quand ils veulent acheter des préservatifs au supermarché – ils essayent même de vite cacher les préservatifs après les avoir acheté », a dit Emebet Alemu, créateur des robes et organisateur du défilé, à IRIN/PlusNews. « Nous voulions changer cela en utilisant un événement artistique, le défilé ouvrira [peut être] un peu l’esprit des gens…Peut être que cela rendra [les préservatifs] plus normaux pour les gens ».



Les vêtements en latex ont été ensuite montrés durant quatre défilés – ils se tenaient sous le même thème « Abstenez-vous, soyez fidèle et utilisez des préservatifs » - à l’hôtel Hilton dans la capitale éthiopienne, il existe également un projet pour transposer ce défilé à Adama, une grande ville régionale.



Cette initiative « mode » est l’initiative la plus récente de DKT pour essayer de briser la stigmatisation associée à l’utilisation des préservatifs en Ethiopie ; en 2009 il avait monté un café « préservatif » à Addis, et avait mené une campagne de deux mois pour distribuer des préservatifs et du pétrole aux employées de maison dans la capitale.



Préservatifs stigmatisés



Malgré de telles campagnes, les préservatifs demeurent pourtant fortement stigmatisés en Ethiopie ; une étude de 2008 publiée dans le Ethiopian Journal of Health Development et conduite dans la ville d’Adwa, à 1 000 kilomètres au nord d’Addis Abeba, a montré que 46 pour cent de ceux qui avaient répondu croyaient que les gens utilisant des préservatifs étaient des personnes aux mœurs légères.















Lire aussi
 Domestiques, préservatifs et pétrole
 Un cappuccino et un préservatif

« Au lieu d’enseigner les relations à deux, ils font l’apologie des préservatifs », a dit Gelila Ejigu, 24 ans, au sujet des défilés de mode ‘préservatif’. « Quand les gens le voient, ils vont penser qu’ils devraient avoir le type de relation où ils doivent utiliser un préservatif ».



Pourtant, Emebet Abu, responsable de la communication de DKT en Ethiopie, a expliqué que la campagne de mode ‘préservatif’ avait été élaborée pour les jeunes, en vue de présenter les préservatifs comme une option supplémentaire et non comme le remplacement de l’abstinence ou de la fidélité, comme méthode de prévention du VIH.



« L’idée du défilé était de cibler les jeunes, qui aiment la mode et le design », a-t-il dit.

« Nous enseignons aussi l’abstinence et la fidélité, mais certains jeunes ne seront pas abstinents ou fidèles ; ils peuvent avoir déjà plus d’un partenaire alors ils doivent utiliser les préservatifs ».



wd/kr/mw/sk/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join