1. Accueil
  2. Asia
  3. Philippines
  • News

Le gouvernement lance un appel à l’aide internationale

Manila - Police evacuate an elderly couple from a flooded section of suburban Pasig city east of Manila on 28 September 2009 Jason Gutierrez/IRIN
Manila - Police evacuate an elderly couple from a flooded section of suburban Pasig city east of Manila
Deux jours après le passage de la tempête tropicale Ketsana, qui a balayé la région de Manille, la capitale, et l’île de Luzon, dans le nord du pays, faisant au moins 240 victimes et affectant des dizaines de milliers de personnes, selon le dernier bilan officiel, le gouvernement philippin a lancé un appel à l’aide internationale. Les secouristes et les travailleurs humanitaires sont dépassés par l’ampleur de la crise.

Selon le Conseil national de coordination des catastrophes (NDCC), plus de 453 000 personnes ont été affectées par la tempête, et environ 116 000 se sont réfugiées dans 200 centres d’évacuation.

L’appel du gouvernement survient alors que les Philippines subissent une nouvelle tempête tropicale, faisant obstacle aux interventions d’aide humanitaire.

« Je viens tout juste d’autoriser l’envoi d’un appel éclair [flash appeal] », a dit le ministre de la défense Gilberto Teodoro aux journalistes le 28 septembre, ajoutant qu’il allait adresser une lettre au Coordinateur des Nations Unies aux Philippines ce même jour.

Les Philippines sollicitent une aide économique, la fourniture d’équipements lourds et, si possible d’équipes de secours internationales pour assister les unités locales, débordées par la crise, a ajouté le ministre.

« Nous ne pouvons pas attendre. Selon nos prédictions, un nouveau délai pourrait faire en sorte que nous agissions trop tard. C’est pourquoi nous demandons l’aide de la communauté internationale », a-t-il poursuivi.

L’appel de M. Teodoro est intervenu peu après le discours de la présidente Gloria Arroyo. Celle-ci a indiqué que « cet événement extrême », qui a entraîné des précipitations deux fois plus importantes que l’ouragan Katrina, qui avait frappé la Nouvelle-Orléans il y a quatre ans, « a poussé à leurs limites nos services de secours ».

« Mais nous ne romprons pas », a poursuivi Mme Arroyo, d’un air déterminé. Des responsables de la santé ont pourtant rapporté la destruction d’environ 80 pour cent des infrastructures de santé de Manille. Plusieurs hôpitaux publics ont également dû être évacués.

Les États-Unis, la Chine, Singapour et le Japon ont annoncé le versement d’une aide de centaines de milliers de dollars, et l’armée américaine a envoyé des hélicoptères et des hommes dans les zones affectées.

According to the National Disaster Coordinating Council, more than 140 people were killed and 453,000 people affected by tropical storm Ketsana, which pummelled the northern island of Luzon and metro Manila on 26 September 200909281436510063
Photo: FAO/UNCS/UNISYS
Selon le NDCC, plus de 453 000 personnes ont été affectées par la tempête tropicale Ketsana, qui a balayé la région de Manille et l’île de Luzon, dans le nord du pays, le 26 septembre
Hors de portée

Mais avec l’est de Manille quasi entièrement recouvert d’une couche de boue de plus de 30 centimètres, les habitants sont nombreux à attendre encore les secours.

« Nous avons encore besoin d’aide. Il y a de quoi manger, [mais] pas de réchauds pour cuisiner, pas de réfrigérateurs. Ils sont trop nombreux à avoir besoin d’aide », a indiqué Marites Fernando, maire de Marikina, une banlieue est de Manille qui a été dévastée. Plus de 10 000 personnes sont entassées dans des centres d’évacuation improvisés.

« Avec tous ces gens qui n’ont encore reçu aucune aide, nous mettrons du temps à nous en remettre », a-t-elle dit à IRIN.

Dans le quartier de Bagong Silangan, situé au bord d’un cours d’eau à Quezon City, à quelques kilomètres à peine du bureau gouvernemental de protection sociale, plus de 3 000 personnes s’entassent sur un terrain de basketball couvert en attendant de l’aide.

Les survivants qui ont échappé aux inondations le 26 septembre n’ont que les vêtements qu’ils portaient à ce moment-là. Plusieurs enfants dorment directement sur le sol en ciment. Il n’y a pas de latrines, et des excréments humains jonchent la route.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis en garde la population contre l’apparition de maladies et déclaré qu’il fallait absolument remettre en état les infrastructures de santé. « Les maladies qui se transmettent par l’eau ou la nourriture, comme la leptospirose et la diarrhée, constituent une menace à la santé des individus affectés par la tempête », a indiqué Shin Young-Soo, directeur régional de l’OMS pour le Pacifique-Ouest, basé à Manille.

« Il y a également un risque plus élevé d’infection respiratoire aiguë et d’infection de plaies ou de blessures résultant des travaux de réparation effectués après les inondations. La gestion des déchets médicaux constitue également une priorité ».

Manila - Survivors are sheltered at a covered basketball court in this riverside village in suburban Quezon city in the Philippines. Officials warns of disease outbreaks as the survivors cram in squalid evacuation center and in this case living among the 200909281359360547
Photo: Jason Gutierrez/IRIN
Les responsables sanitaires ont mis en garde contre l’apparition de maladies alors que les survivants s’entassent dans des centres d’évacuation, parfois au milieu des cadavres comme ici, sur un terrain de basketball couvert près de Quezon City
Disparus

Selon Bobby Santillosa, chef d’une équipe locale de secours d’urgence, la population de Bagong Silangan n’a reçu aucune aide du gouvernement ou d’organismes d’aide humanitaire. Elle a uniquement eu accès aux denrées fournies par des individus concernés par la catastrophe et des groupes privés.

« Nous attendons toujours qu’on nous distribue de la nourriture, de l’eau et des médicaments. Les secouristes sont arrivés trop tard. Certains habitants étaient déjà morts », a-t-il dit à IRIN.

Vingt-neuf personnes ont trouvé la mort dans ce quartier seulement, a-t-il ajouté. Bien que l’on ne dispose pas de statistiques à jour pour ce vaste quartier pauvre, on estime à plus de 100 le nombre de disparus.

« Je n’ai rien mangé depuis samedi et mes deux enfants non plus. Nous avons besoin de vêtements de bébé et de couvertures, et tout est recouvert de boue », a dit Evelyn Abesamis, une grand-mère de 55 ans dont la maison, faite en bois, a été emportée avec tout ce qu’ils possédaient.

« Il n’est resté que le siège des toilettes », a-t-elle ajouté en avançant péniblement dans la boue avec ses deux enfants, transportant ses deux petits-enfants, âgés de deux et trois ans.

La présidente a reconnu que l’aide du gouvernement n’était pas distribuée assez largement, mais a affirmé que des interventions massives se feraient prochainement grâce à l’aide extérieure. « Nous commençons à reconstruire les infrastructures et à aider les villageois à reconstruire leurs maisons pour que la vie reprenne son cours », a dit Mme Arroyo dans une déclaration.

jg/ds/mw/gd/ail
Partager cet article

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join