1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Afrique du Sud

Abus sexuels derrière les barreaux

[Liberia] Prisonners in Liberia. [Date picture taken: 11/01/2005]
The prisons service found an HIV-infection level of almost 10 percent among inmates. (Eric Kanalstein/UNMIL)

Les abus sexuels sont largement répandus dans les prisons d’Afrique du Sud, mais la prestation des services de santé auprès de cette population vulnérable demeure problématique.



Selon Just Detention International (JDI), un groupe de défense des droits des prisonniers, la surpopulation, le manque de personnel et la culture de la violence dans les établissements pénitenciers sont à l’origine des abus sexuels et des viols – des crimes contre lesquels la population carcérale est peu ou pas protégée.



Cynthia Totten, directrice de programme auprès de JDI, a dit que les résultats d’une récente étude menée à la prison de haute sécurité de Pollsmoor, un établissement situé à 25 km de la ville du Cap, avaient indiqué que les prisonniers vulnérables au VIH avaient un accès inadapté aux préservatifs, aux lubrifiants et aux services médicaux.



Dans certains cas, les prisonniers sont contraints d'avoir des rapports sexuels forcés dans le cadre d’un rite initiatique pour devenir membres de l’un des « gangs des chiffres » notoires, comme les tristement célèbres gang 27 et gang 28, a expliqué Sasha Gear, chercheur au centre d’études de la violence et de la réconciliation basé en Afrique du Sud.



Dans d'autres cas, il peut s'agir d'actes de manipulation : les prisonniers sont piégés et accumulent une dette sous la forme de drogues, de nourriture ou de protection qu'ils devront rembourser en ayant des rapports sexuels, a-t-elle expliqué à IRIN/PlusNews.



« J'ai rencontré un jeune garçon de 15 ans en prison qui m'a dit qu'il s'occuperait de moi... il m'a invité à dormir avec lui [dans le même lit] afin de me protéger, mais en plein milieu de la nuit, il m'a sodomisé », a confié un prisonnier à Mme Totten. « J'étais en colère et démoralisé... cela n'était pas censé m'arriver. »



En mars 2008, la plupart des prisons d'Afrique du Sud accueillaient 50 pour cent de prisonniers de plus que leurs capacités, selon les notes fournies au Parlement par Ngconde Balfour, le ministre des Services correctionnels de l'époque.



Grands procès, petits changements



Malgré l’adoption d’une loi innovante en 2006 qui garantissait l’accès au traitement pour les prisonniers, Mme Totten a estimé qu’il n’y avait que très peu de changements et que la qualité des services de soins en matière de VIH variait d’un établissement à l’autre.



« Tous les prisonniers devraient avoir accès aux préservatifs, mais la situation est tellement compliquée en prison que dès que le distributeur est vide, il faut attendre des semaines, voire des mois pour qu’il soit réapprovisionné », a-t-elle ajouté.



« Et lorsque les prisonniers reçoivent des préservatifs, ils n’obtiennent pas de lubrifiants et utilisent des substituts qui peuvent compromettre l’intégrité des préservatifs », a-t-elle dit.



Il est difficile de déterminer le taux de prévalence du VIH au sein de la population carcérale. Toutefois, une étude menée en 2006 par le ministère des Services correctionnels dans la prison de Westville, à la périphérie de la ville portuaire de Durban, dans l’est du pays, a révélé un taux de 22 pour cent.



llg/kn/he/cd/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join