1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

L’incidence du VIH en hausse chez les 50 ans et plus

Le nombre de personnes âgées vivant avec le VIH pourrait être en hausse dans le monde, mais les médecins pensent rarement à les dépister au VIH, retardant ainsi le diagnostic, selon un article publié dans le bulletin mensuel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).



Ces personnes ont généralement moins de relations sexuelles protégées que les plus jeunes, et plus une personne vieillit, plus la progression du VIH vers le sida est rapide.



L’article a souligné qu’aux Etats-Unis, la proportion de personnes séropositives âgées de 50 ans et plus, par rapport au nombre total de personnes vivant avec le VIH, était passée de 20 pour cent en 2003 à 25 pour cent en 2006, tandis que les données préliminaires d’enquêtes menées dans des pays en voie de développement ont révélé une proportion étonnement élevée de personnes infectées dans cette tranche d’âge.



La thérapie antirétrovirale, qui permet de prolonger la vie des patients infectés, peut avoir contribué à augmenter le nombre de personnes âgées vivant avec le virus, mais les scientifiques suspectent également que nombre d’entre elles soient infectées à un âge avancé.



Les médicaments contre les troubles de l’érection ont rallongé la vie sexuelle de nombreuses personnes âgées et pourraient également avoir contribué à propager le VIH dans cette classe d’âge.



L’OMS a recommandé de mener davantage d’enquêtes sur l’impact de ces médicaments sur la progression de l’épidémie, d’autant plus qu’ils deviennent de plus en plus facilement disponibles dans les pays en développement.



kn/he/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join