1. Accueil
  2. Amériques
  3. Nations Unies

République centrafricaine: Lancement d’une campagne anti-polio

Map of Central African Republic (CAR)
Plusieurs cas de vandalisme et de vols à main armés se sont signalés à Bangui depuis le 15 mars, suite au coup d'Etat commandité par François Bozizé , un ancien chef d’état-major, qui a renversé le Président Ange-Félix Patassé (IRIN )

Le ministère de la santé de la République centrafricaine a annoncé une campagne d’immunisation contre la polio dans la province de Ombella Mpoko, dans le sud-ouest du pays, à la suite de la confirmation d’un cas de polio détecté le 23 janvier. Cette campagne aura lieu entre le 23 et le 28 février.

“Pour éviter d’autres cas, tous les enfants de cette région seront immunisés,” a déclaré lundi le ministre de la santé, Nestor Nali, selon la radio d’état centrafricaine.

L’annonce du programme d’immunisation par le ministre est consécutive à une réunion, dans la capitale Bangui, des partenaires de santé. Des représentants de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et de l’Institut Pasteur avaient également participé à la rencontre.

Le cas de polio avait été détecté en décembre 2003 à Bossembele, à 157 km au nord-est de Bangui. Il avait été confirmé le 23 janvier par le laboratoire de l’Institut Pasteur. Le dernier cas détecté dans ce pays remonte, quant à lui, à trois ans.

En novembre et en décembre 2003, une campagne d’immunisation avait été menée dans les 16 provinces du pays. La dernière campagne avait été effectuée une année auparavant.

Le 27 janvier, l’OMS expliquait la résurgence du dernier cas de polio en Centrafrique par un virus circulant au nord du Nigeria, où la campagne d’immunisation est suspendue depuis août 2003. Le virus avait antérieurement déjà contaminé d’autres pays de l’Afrique centrale et de l’ouest. L’OMS a ainsi incité les autorités nigérianes à poursuivre leur campagne d’immunisation dans le nord du Nigeria.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join