1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

Les réfugiés togolais sensibilisés contre le sida

[Togo] Togolese refugees wait at the Hilakondji border station in Benin. They have fled their homeland after violence erupted following a disputed 24 April presidential poll.
(IRIN)

L’organisation non-gouvernementale béninoise Règle d’or a démarré une campagne de sensibilisation à la pandémie de VIH/SIDA pour les 12 000 réfugiés togolais venus chercher protection à la frontière du Bénin après les violences qui ont suivi le scrutin présidentiel du 24 avril.

Habillés de tee-shirts blancs sur lesquels sont inscrits les slogans "Le sida ne me concerne pas et toi?" et "Le sida ne passera pas par moi. Et toi mon frère ?", des jeunes gens ont distribué des prospectus et des posters aux réfugiés de la paroisse catholique Notre Dame de l'Assomption de Hillacondji, un village béninois frontalier avec le Togo.

"Nous sensibilisons les voyageurs car le sida n'a pas de frontière", a dit à PlusNews Rodrigue Anani, l’un des pairs éducateurs de Règle d'or, basée à Cotonou, la capitale du Bénin.

Exceptionnellement, l’ONG s’est déplacée dans les différents camps de réfugiés installés par le Haut commissariat pour les réfugiés des Nations Unies (HCR) afin d’améliorer la prévention "qui doit être continue et permanente", a dit Anani.

"Des conditions de vie difficiles peuvent amener les femmes et les jeunes filles à se prostituer ou à avoir des comportements à risque", a-t-il ajouté.

Pour Bertin Danvidé, sociologue au Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), ces actions menées par Règle d'or sont d'un secours capital pour les réfugiés. "Parmi les enfants non accompagnés que nous encadrons, des jeunes filles, arrivées les mains vides à Hillacondji, nous ont dit avoir eu des rapports sexuels non protégés avec des hommes contre de l'argent."

Selon l’Unicef, 128 mineurs non accompagnés ont été enregistrés par le HCR depuis le 26 avril, date de l’annonce des résultats de l’élection présidentielle au Togo. A l'instar des 12 483 réfugiés au Bénin, la plupart a été accueillie par leur famille ou des amis. Les autres ont été acheminés sur deux camps installés à Comè et à Lokossa.

Selon le HCR, ils sont plus de 23 000 à avoir fui vers les pays voisins pour échapper aux violences post-électorales au Togo, un pays qui, avec six pour cent de sa population infectée, se plaçait en 2001 au troisième rang des pays les plus touchés par le VIH/SIDA en Afrique de l’ouest, après la Côte d’Ivoire et le Liberia.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help make quality journalism about crises possible

The New Humanitarian is an independent, non-profit newsroom founded in 1995. We deliver quality, reliable journalism about crises and big issues impacting the world today. Our reporting on humanitarian aid has uncovered sex scandals, scams, data breaches, corruption, and much more.

 

Our readers trust us to hold power in the multi-billion-dollar aid sector accountable and to amplify the voices of those impacted by crises. We’re on the ground, reporting from the front lines, to bring you the inside story. 

 

We keep our journalism free – no paywalls – thanks to the support of donors and readers like you who believe we need more independent journalism in the world. Your contribution means we can continue delivering award-winning journalism about crises.

Become a member of The New Humanitarian today

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join