1. Accueil
  2. Asie
  3. Indonésie

A Cleaner Fix - Pour un "fixe" plus sûr –, le nouveau documentaire PlusNews

L’Indonésie compte quelque 500 000 consommateurs de drogues injectables. Pas moins de 70 pour cent d’entre eux sont séropositifs. Filmé à travers le regard de deux anciens toxicomanes, A Cleaner Fix – Pour un « fixe » plus sûr -, le nouveau documentaire d’IRIN/PlusNews, est un voyage au cœur du monde des drogués et de ceux qui tentent de les aider à s’en sortir.

Timotius Hadi est un héros malgré lui. Bon nombre de personnes ne le considèreraient même pas comme un héros du tout : toxicomane pendant près de dix ans, Timotius est le premier à admettre qu’il n’est pas fier de tout ce qu’il a fait jusqu’ici.

Mais depuis qu’il a été déclaré séropositif en 2003, et qu’il a en quelque sorte trouvé le courage de changer de vie, Timotius est devenu un pilier de la communauté dont il était autrefois le fléau.

Aujourd’hui, en tant que travailleur de proximité pour le compte d’une organisation du nom de Karisma, il est chargé de distribuer des seringues stériles aux consommateurs de drogues injectables. Fondée par deux anciens héroïnomanes qui se sont rencontrés dans un centre de désintoxication, Karisma dirige un programme d’échange de seringues à Djakarta, la capitale indonésienne.



Photo: David Gough/IRIN
Timotius Hadi (à droite) a été toxicomane pendant près de dix ans. Déclaré séropositif en 2003, il a depuis changé de vie et distribue maintenant des seringues stériles aux consommateurs de drogues injectables pour le compte de Karisma

En Indonésie, le VIH/SIDA est une menace croissante et bien que le nombre des personnes touchées soit encore relativement peu élevé (moins de 0,25 pour cent de la population), la vaste communauté indonésienne des consommateurs de drogues injectables a été dévastée par l’épidémie.

Le seul regret de Timotius, c’est que des organisations comme Karisma n’existaient pas à l’époque où il était lui-même toxicomane : cela aurait pu lui éviter de contracter le VIH.

« J’avais 15 ans lorsque j’ai commencé à prendre de l’héroïne », a-t-il raconté. « Au début, j’utilisais toujours des seringues neuves, mais en 1998, j’avais commencé à partager des seringues ».

« Quand j’ai eu le résultat (du test de dépistage), je me suis d’abord senti mal, et puis, je me suis senti reconnaissant, parce que si je ne connaissais pas mon statut, je serais déjà mort. Je ne serais pas un homme meilleur, à l’heure qu’il est ».

Malgré les risques particulièrement évidents du partage des seringues, Timotius a des difficultés à faire comprendre à ses clients combien il est important de se faire dépister régulièrement.

« C’est trop dur pour moi. Je ne veux pas connaître le résultat », a déclaré Adi, 24 ans, un des nombreux clients rencontrés par Timotius au centre de traitement à la méthadone du quartier, où les toxicomanes reçoivent un médicament de substitution aux opiacés, qui les aide à se sevrer de l’héroïne.

Travailleuse du sexe et héroïnomane, Yolanda, 28 ans, partage l’avis d’Adi.

« Bien sûr que je n’ai pas le courage d’aller faire le test. Ça sert à quoi ? Tout ce que ça va faire, c’est me faire encore plus stresser et déprimer ».

C’est le petit ami de Yolanda qui lui a fait connaître l’héroïne. Bien que leur relation n’ait pas duré longtemps, la jeune femme est devenu accro à cette drogue, qu’elle n’avait plus les moyens de se procurer.

Elle n’avait plus d’autre choix que de se mettre à vendre son corps. Bien que Yolanda insiste sur le port du préservatif, elle admet qu’elle n’est pas toujours en mesure de faire appliquer la règle. Il en va de même pour les seringues.

« Je partage rarement les seringues ; généralement, on les achète, mais parfois, on est forcé de les partager. Si cela arrive, je ne partage mes seringues qu’avec des amis, mais même dans ce cas, on ne sait pas qui est infecté et qui ne l’est pas »

Timotius reconnaît qu’il a peu de chances de pouvoir convaincre Yolanda de se soumettre à un dépistage du VIH. Il a néanmoins réussi à convaincre bon nombre de ses quelque 150 clients réguliers de se faire dépister.

Parmi eux, Andri, un toxicomane de 27 ans déclaré séropositif il y a quelques années, et qui a aujourd’hui arrêté l’héroïne ; le jeune homme est actuellement sous traitement à la méthadone et souhaite également entamer un traitement antirétroviral (ARV).

« J’ai entendu parler du VIH par le bouche-à-oreille, a révélé Andri, mais ce n’était que des mots ; alors, nous, on continuait à se droguer. Ce n’est que quand j’ai rencontré Timotius que j’ai vraiment compris le risque du VIH ».

Cliquez ici pour visualiser le film


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join